vendredi 20 novembre 2020

Intercultural Families and Schooling in Japan: Experiences, Issues and Challenges - A review


 

When I was given the opportunity to review the book "Intercultural Families and Schooling in Japan: Experiences, Issues and Challenges", I thought I would read about how happy and easy it is for bi-national families to live in Japan. Not knowing the Japanese culture, I was keen to discover more and to learn how non-Japanese fit in the Japanese culture and how great it is to live in such a country. 

Edited by Melodie Lorie Cook and Louise George Kittaka, this book is a collection of 11 true stories of bilingual and bicultural families in Japan; one of the parents is a Japanese is most of them. Each of the authors are both, a parent and a researcher in one of Japan's universities. They have been researching on a topic which has affected their own families and which may affect other families in the same way. The approaches used were either ethnography, auto-ethnography or narrative inquiry, methods which allow to speak about human experience.

It was felt by most of the authors that teachers in Japan are lacking knowledge about bilingual and bicultural children. They seem to be living in a kind of bubble wherein every child should strive to fit in. Divided into three main areas, we are thrown into the meanders of the Japanese education system. Coming from different backgrounds, the authors observe the Japanese school system and its "reputation for strictness and old-fashioned rote memorisation" (Gordenker, 2004). They all thought that "a balanced bilingual person would make a positive contribution to society" (Yphantides, 2020). However, in different manners, they were all faced by the rigidity of the Japanese school system. The "single-country-single-language narrarative" (Yphantides, 2020) has brought them experiences they certainly did not expect. The first area covers the question of trying to find your way in the Japanese education system. Jennifer Yphantides' story unravels to us how non-Japanese children and mixed-race children are trying to navigate their identities, being physically non-Japanese. Jon Dujmovich highlights how this education system can have "cultural gender-based biases" (Dujmovich, 2020). His story tells us how education is mostly left to mothers in Japan and how as a single divorced father he struggled to fit in in the Japanese "very strong stereotypical gender roles for child-rearing" (...) where "group-adhesion and conformity are valued" (Dujmovich, 2020).  Speaking another language than Japanese at home is not always seen as an asset. We learned how parents try to make it accepted that Japanese is not their mother-tongue and that their Japanese-born children may be using another language at home. Marybeth Kamibeppu insightfully accounts about the struggles bilingual and bicultural families in Japan are facing when trying to pass on their home language and culture to their children. When as a parent, Japanese is not your mother tongue, it is possible to experience "moments of isolation" and feel "left out of fast-paced Japanese conversation" (Kamibeppu, 2020). Moreover as it is not a priority in the school system, passing on your language and culture to your children would require time, energy and finances. Shane Doyle and Fiona Creaser describe to us about the challenges they faced when bringing up their children in a third culture. "Living in a predominantly monolingual society" (Creaser&Doyle, 2020) while wishing that their children would be proficient in the other languages (English and Irish) was quite difficult. The workload of Japanese schools leaves little time for the children to really apprehend and blossom in their parents' languages. It is quite interesting too to read how their home culture also influenced their children abilities to embrace their differences.  

The second part of the book deals with the school system itself. Cynthia Smyth and Lily Thukral tell how difficult it was for them to cope with the school homework. They feel the children are spending more time at school than in their home country and have more homework, even during school vacation. They explain how they tried to find help despite communication between parents and teachers being rigid and parents being rarely listened to. Moreover, as school education mainly falls on mothers, the fact that they are the non-Japanese parents increased the difficulties. I was surprised to read that "an insistence on the 'equality' of all students led schools to ignore the children's individual needs" (Smyth & Thukral, 2020), as schools "were operating within the Japanese collectivist and egalitarian framework of minimising differences" (Smyth & Thukral, 2020). Meredith Stephens draws our attention on how subjects could be transferred from the Japanese system to the Australian one. The comparison is quite interesting; one interviewee said: "In Japan you don't do anything based on your interests, the topic is chosen for you. And you don't do your own research. You are told how to think about things" (page 136). The challenge was to transfer the academic skills from one system to the other. Charlotte V.T. Murakami focuses on the Japan's Overseas school system. Historically it began after WWII in order "to ensure the children attain a native-like fluency in Japanese and to instill in them what it means to be Japanese" (Murakami, 2020).

The third part deals with challenges in education. We discover how being different can be a real challenge in Japan and where being different is can lead to bullying and isolation. Being "'abnormal' may bring shame on [the] families, particularly in Japanese culture which values uniformity" (Ryan 2020). Suzanne Kamata recounts her story in raising a deaf child in Japan while speaking English. She never expected to face so many challenges for the implantation of a cochlear and choosing the schools for her daughter. Eugene Ryan tells about his battle for his son who has been diagnosed as autistic, a battle for him to become bilingual and avoid special need education. Adopting and fostering children and having them accepted was the battle of Melodie Cook, especially as teachers are not trained to work with children who have been adopted and may have experienced trauma before. Being told she was not a loving mother was particularly hurtful moreover so when she knew that the teachers lacked the necessary knowledge and training. 

To conclude Louise George Kittaka's story takes us to New Zealand where her children decided to go when teenagers. This was a very rich experience for them to go and study in their mother's home country.

Each of these chapters can be read individually and are an eye-opener on the reality of the Japanese school system for bicultural and bilingual families.  After a truly enjoyable read of this thought-provoking book written by people who chose to live in Japan , a book where every word leads to uncover some aspects of the educational system and the life of bilingual and bicultural families in Japan, I must say that I enjoyed every single word of it and would deeply recommend it to anybody wishing to embrace the Japanese way of life. 


jeudi 8 octobre 2020

Apprendre ou acquérir une langue ? / Do you learn or acquire a language ? / Een taal leren of verwerven?



En tant que familles bilingues et plurilingues, nous souhaitons tous que nos enfants parlent toutes les langues de la famille, que ce soit la langue que l'on parle à la maison, celle du pays dans lequel on se trouve, la langue de l'école... Nous souhaitons que nos enfants puissent communiquer facilement et aisément avec toutes les personnes qu'ils vont rencontrer. Et surtout, nous souhaitons que cela se fasse de manière harmonieuse, joyeuse et sans se prendre la tête.

Il y a une chose que beaucoup de parents oublient : nous ne sommes pas des enseignants de langue. Nous n'avons pas été formés pour enseigner les langues et nous ne sommes pas là pour faire la classe à nos enfants. La maison n'est pas l'école. Arrêtons d'utiliser un vocabulaire qui renvoie sans arrêt à cet apprentissage des langues en contexte de salle de classe. Posons-nous d'abord les bonnes questions. 

Quand vous étiez-vous même enfant, est-ce que vos parents vous ont enseigné la langue que vous parlez ? Ou bien avez-vous développer vos compétences dans cette langue en les écoutant et en imitant ? C'est identique avec les langues que vous souhaitez transmettre (notez, que j'ai dit : transmettre et non enseigner) à vos enfants. En transmettant, vos enfants vont apprendre et donc acquérir. Vous avez appris votre langue, vous l'avez acquise de manière naturelle, sans les contraintes d'un processus d'apprentissage que seraient les tests d'évaluation. 

Nous ne sommes pas les professeurs de nos enfants. Nous sommes leurs parents. Nous pouvons leur permettre d'apprendre une langue sans la leur enseigner, mais en la leur transmettant. Tout est dans la nuance. L'enseignement se fait dans un cadre formel, la maison n'est pas ce cadre. Elle est un lieu où l'on transmet de manière agréable, ludique, sans contrainte de réussite. 

La question est alors : voulez-vous que vos enfants apprennent les langues de la famille ou qu'ils les acquièrent ? L'apprentissage se fait de manière consciente en apprenant des règles ; l'enseignant peut mesurer le processus d'apprentissage. C'est une manière planifiée de transmettre une langue. On peut tout à fait apprendre une langue, sans l'acquérir - Nous sommes tous et toutes allés à l'école et avons appris une ou des langues que nous ne savons pas parler. Pourquoi ? Parce que nous ne les avons pas acquises. Nous n'en avons pas pris possession. L'acquisition se fait de manière inconsciente. C'est un processus naturel et personnel qui se fait en dehors d'une salle de classe. Acquérir une langue, c'est prendre possession de celle-ci car elle va nous permettre de communiquer. On ne peut pas mesurer l'acquisition, ni sa qualité. Une langue est acquise quand on la parle et l'écrit (couramment).

Vous souhaitez de l'aide pour aider vos enfants à acquérir la ou les langue(s) de la maison, je suis là pour vous aider. Contactez-moi pour que nous fassions un diagnostique et trouvions la meilleure façon de faire en fonction de votre situation.


_________________________________________


We, as bilingual and plurilingual families are all wishing our children to speak all the languages of the family, whether it is the language spoken at home, the language of he country where we live or the school language... We all wish our children to be able to communicate easily with the people they are going to meet. And we certainly wish them to do it in a happy, harmonious manner without getting annoyed.

There is one thing that many parents keep forgetting : we are not the teachers of our children. We have  not been trained to teach languages, and we are not there to give lessons and classes to our children. Home is not school. So, first of all, we must stop to use words which are referring to teaching and learning of languages, as it is done at school. We must ask ourselves the right questions.

When you were children, did you parents teach you the language you are speaking? Or did you develop the abilities you have while listening to them and imitation? It is exactly the same with the languages you wish to give to your children (please note I use the verb: to give and not the verb: to teach). In giving and transmitting them, your children are going to learn them and thus acquire them. You learnt the language you speak in a natural manner, without being constrained in a learning process with assessment tests.

We are not teachers to our children. We are their parents. we are there to help them acquire and learn the language(s), but not to teach to them. The nuance is very important. Teaching is being done in a formal place, not at home. Home is a place of pleasure where transmission is done in a happy, non-constrained manner.

The question would then be: would you like your children to learn the language(s) or to acquire them? the teaching is done in a very strict manner learning rules; the teacher has a teaching process in mind. It is planned. In other word, you can learn a language, without acquiring it. All of us have been going to school and there we had language classes; however, we may not be able to speak them. Why? We did not acquire them. We did not take possession of those languages. The acquisition of languages is done in an unconscious manner. It is done naturally outside the classroom. Acquiring a language is to take possession of it, as it will allow us to communicate. Acquisition cannot be measured by test, nor can we measure its quality. A language is acquire when we can speak it and write it (fluently - which means without having to think and look for words).

You are looking for help so that you children can acquire the language(s) of the home, I can help you. Feel free to contact me so we can look at what is happening in your home and we'll fid the best manner to help you according your own situation.




 

mardi 8 septembre 2020

6 clefs pour développer harmonieusement le bilinguisme de vos enfants / 6 keys to be successful when educating your children with more than one language / 6 sleutels on the tweetalige opvoeding van je kinderen even succes te zin

 



On se pose toujours beaucoup de questions quand on élève ses enfants avec plusieurs langues. Est-ce que je fais bien ? Est-ce la bonne méthode ? Que devrais-je faire ? 

Voici quelques clefs :

Clef nº 1 : ne lisez pas trop pour ne pas stresser :

Afin de ne pas stresser, faites attention à ce que vous lisez, c'est une des clefs ! Je m'explique. On a tous tendance - moi la première à vouloir lire pour s'informer et savoir si l'on fait bien. En lisant trop et en lisant les "mauvaises" choses, on finit par se poser tellement de questions que l'on stresse. Si vous stressez, vous allez stresser vos enfants. Je n'ai pas dit qu'il ne faut pas lire ou s'informer, bien au contraire. Il faut juste faire attention à ce que l'on lit.  Il faut bien choisir ses lectures. Lit-on les bonnes choses ? Il y a tellement d'informations sur la Toile que cela devient difficile de savoir qui a raison. Qui croire ? Les discours scientifiques peuvent être les ardus à lire quand on ne maîtrise pas la langue universitaire, d'ailleurs avons-nous envie de lire tous les travaux scientifiques. Récemment une maman me disait, j'ai bien vu cette nouvelle "émission" en live en anglais sur FB, mais c'est bien trop scientifique, bien trop compliqué pour le commun des mortels me disait-elle !  Je vous propose juste un exercice - surtout quand vous lisez en anglais ! Cherchez attentivement qui se trouve derrière le blog, le site ou l'article que vous lisez, la personne qui écrit doit se faire connaître. Voici les questions que vous pouvez-vous poser alors : (1) est-ce que cette personne a fait des études dans le domaine du multilinguisme ? Si oui, quelle est sa formation ? (2) est-ce que cette personne semble présenter son expérience plus qu'autre chose ? Si oui, dites vous l'expérience est intéressante à partager, mais elle reste personnelle. Il est intéressant de lire, mais cela ne s'applique pas nécessairement à votre famille (3) cette personne semble connaître le jargon universitaire et tout ce qui a pu être écrit et publié, mais s'est-elle vraiment formée ? A-t'elle fait ses propres recherches qu'elle a publiées ? Certes, on peut devenir cuisinier sans avoir fait de grandes écoles de cuisine, mais peut-on devenir spécialiste en éducation bilingue sans avoir étudié un minimum ? Est-ce que vous confiriez votre enfant à quelqu'un qui se dit maître-nageur mais n'a pas de certification professionnelle en natation ?? Non, car si votre enfant se noie, est-ce que cette personne saura le secourir ? Ce ne sont que quelques questions que je pose ici, mais il y en a bien d'autres.  Je ne nommerai personne ici, car c'est à vous de choisir qui vous lisez et qui vous écoutez.  N"hésitez pas à venir vers moi, si vous avez des questions et des doutes. 


Clef nº2 : armez-vous de patience 

Vos enfants ne deviendront pas bilingues du jour au lendemain parce que vous l'avez décidé ! Comme tout parent, vous savez ce qui est bon pour eux. Vous savez que le bilinguisme leur ouvrira de nombreuses portes à l'avenir, et que l'idéal est qu'ils commencent à acquérir les langues de la famille dès la naissance. Pensez-vous qu'un petit bonhomme de 2 ans, qu'un enfant de 7 ans (l'âge de raison, dit-on) ou même qu'un adolescent très réfléchi pensent déjà à leur avenir, et au fait que parler plusieurs langues leur sera utile ?? Que cela leur ouvrira des portes ? Personnellement, je ne pense pas que c'est ce à quoi ils pensent. C'est un peu comme la nourriture. Vous savez ce qui est bon pour votre enfant. Vous savez que le lait par exemple, c'est bon pour sa croissance, bon pour la solidité des os. Et votre enfant s'obstine à refuser de boire son verre de lait tous les jours. Pareils pour certains légumes, n'est-ce pas ? Votre enfant refuse certains légumes, que faites-vous ? Il y a plusieurs méthodes : les forcer en se fâchant, passer son temps à lui expliquer que le lait c'est bon pour lui et sa santé ou alors s'armer de patience, et recommencer encore et encore, et trouver des moyens pour que votre enfant boive son lait, mange ses légumes. Tant qu'il n'aura pas compris l'utilité de quelque chose, il refusera. C'est pareil avec les langues, votre enfant va les mélanger. Il va les refuser. Il va avancer, puis reculer. A chaque fois que vous aurez pensé gagner une bataille, il vous faudra recommencer. Il vous faudra donc énormément de patience, mais cela vaudra la peine. 


Clef nº3 : parlez beaucoup, encore et encore, avec votre enfant pour qu'il entende la langue

Plus vous parlez avec votre enfant, plus il apprendra à parler. L'interaction orale est reine dans le développement du langage. Toutes les occasions sont bonnes pour parler et échanger avec votre enfant ! Il faut parler de tout et de rien. C'est important. Souvenez-vous quand vous étiez enfant, vos parents parlaient avec vous. Vous les entendiez parler. À l'école la maîtresse parlait. Avec vos grands-parents, vos frères et sœurs, vos cousins-cousines, etc. Les occasions de parler et d'entendre la langue étaient foison et très nombreuses. Certes, il n'y avait souvent qu'une seule langue et c'était un peu plus facile. Là, vous êtes à l'étranger et vous êtes la seule à parler la langue. Il n'y a pas d'interactions avec d'autres. J'avoue que ce n'est pas toujours facile. 

Comment faire me direz-vous ? Eh bien, il faut parler avec votre enfant le plus souvent possible, sur tous les thèmes possibles. Par exemple, vous allez faire des courses. Et bien, parlez de ce que vous achetez : vous pouvez dire : on va acheter : trois pommes vertes qui sont des pommes acides, des bananes jaunes qui viennent d'Afrique... Il y a là du vocabulaire et des tournures de phrases. Je me souviens, quand mes propres enfants étaient encore tout petits, j'allais faire des courses et je leur disais ces phrases en français. Je me souviens que les gens me regardaient en se demandant pourquoi je pouvais parler ainsi de mes courses à des tout petits enfants qui ne pouvaient pas encore me répondre. Cela leur a permis d'acquérir du vocabulaire et d'associer un objet avec un mot. Faites la même chose quel que soit leur âge. Ensuite, en voiture, au lieu de mettre de la musique, vous pouvez mettre un CD qui raconte une histoire, vous pouvez jouer à des jeux de mots comme l'alphabet par exemple. 

A la maison, au lieu de mettre une chaîne de radio locale, mettez une chaîne de radio dans votre langue. La technologie moderne a cela de merveilleux qu'elle nous permet d'écouter ces radios via l'internet. Toutes les occasions sont bonnes pour parler à votre enfant, pour lui faire entendre la langue. 

Plus votre enfant entendra la langue, mieux ce sera pour lui.


Clef nº 4 : acceptez que votre enfant mélange les langues

Je pense qu'il est inutile de vouloir la perfection à tout prix. Nous souhaitons tous que nos enfants parlent les langues avec perfection, qu'ils ne les mélangent pas, qu'ils sachent faire la différence entre toutes les langues qu'ils parlent, mais aussi et surtout qu'ils fassent bien la différence entre les différents vocabulaire et les différentes grammaires. C'est malheureusement un peu un rêve. Pourquoi cela ? D'abord, parce qu'en habitant à l'étranger, certains mots des autres langues sont devenus des automatismes. Il y a des exemples tout simple, supposez que vous habitez aux Pays-Bas, l'enseignante sera appelé Juf Marieke par exemple. Tous les enfants parlent de leur enseignante en l'appelant Juf. Il sera plus facile à votre enfant de dire 'juf" que de trouver le mot équivalent en français qui est d'ailleurs plus long : la maîtresse. Pour pourrez alors avoir des phrases : aujourd'hui, avec juf Marieke, on a fait... Un autre exemple, vous êtes en Irlande et votre enfant fait du football gaélique, il n'ira pas au stade pour s'entraîner, mais au GAA. Tous ces petits mots vont se mélanger dans votre quotidien, d'ailleurs, si vous y réfléchissez à deux fois, vous les utilisez aussi. En grandissant, votre enfant corrigera de lui même en fonction des personnes à qui il va parler. Si la personne connaît la langue et la culture du pays dont il parle, il utilisera ce mot car son interlocuteur comprendra ce qu'il dit - vous par exemple savez de qui ou de quoi il s'agit. Pour quelqu'un qui n'a pas été élevé dans la même culture, il fera attention et utilisera le bon mot, comme vous d'ailleurs. 

Quant à la grammaire, pourquoi faire des phrases compliquées quand la formation des phrases dans l'autre langue est plus facile. Alors là, c'est plus complexe. Ce n'est pas la fin du monde !! On peut passer son temps à corriger son enfant en disant : ce n'est pas comme ça qu'il faut dire. Passez plutôt par redire ce que votre enfant a dit, en utilisant la bonne structure de phrase. Vous vous tirerez moins les cheveux, vous aurez moins de "conflits" avec vos enfants et les choses se corrigeront petit à petit. C'est aussi en lisant à vos enfants qu'ils apprendront à utiliser les bonnes structures de phrases. 


Clef nº 5 : définissez vos objectifs, préparez un plan et restez réaliste 

Pour réussir l'éducation bilingue de vos enfants, il faut vous fixer des objectifs. Ces derniers vont évoluer à mesure que vos enfants vont grandir. Surtout, il faut rester réaliste. Ne pensez pas que vos enfants deviendront bilingues du jour au lendemain sans que vous ayez planifié, sans que vous ayez décidé ce que vous alliez faire et comment. Il faut y aller pas à pas, et ne pas sauter d'étapes. Comme vous le savez, j'aime bien faire des comparaisons pour rendre les choses plus simples à comprendre et à mettre en place. Je vais choisir ici une comparaison avec la cuisine. Pour savoir cuisiner, vous devez d'abord comprendre le vocabulaire. Pareil pour une langue, il faut connaître du vocabulaire et celui-ci va s'enrichir avec le temps. Pour cuisiner, il faut savoir mettre les ingrédients ensemble, il s'agit là de la grammaire. Comment assembler les ingrédients que sont les mots. C'est la connexion des mots ensemble. D'abord, ce sont des choses simples, on commencera pour un quatre-quart avec peu d'éléments, pour terminer grâce à la pratique à faire des gâteaux plus élégants et complexes dans leur préparation. Pareil avec la langue, demandez d'abord à votre enfant de faire des phrases simples et avec le temps, son vocabulaire va s'enrichir, sa maîtrise de la grammaire se fortifiera et il saura parler de choses plus diverses et complexes. 

Comment établir vos objectifs ? Il faut commencer par des objectifs simples et surtout réalistes. Vous ne pouvez demander à votre enfant de tout savoir faire en une fois. Il faut y aller étape par étape. Vous éviterez ainsi d'être déçus et de baisser les bras. Ne demandez pas trop à vos enfants en une fois. Avec les partenaires du projet Erasmus+ dans lequel je participe, nous préparons un livret qui propose des objectifs simples et réalistes aux parents et leur permet de les définir et surtout de les suivre. Vous pouvez définir vos propres objectifs en famille ou je peux vous aider


Clef nº 6 : restez positif

C'est un élément primordial de la réussite. Il faut toujours voir ce que fait votre enfant dans ses langues comme une avancée positive. Votre enfant est encore petit, son rêve est de devenir jockey. Il fait du cheval et il tombe. Qu'allez-vous lui dire ? Qu'il est vraiment nul et n'y arrivera jamais, ou bien allez-vous lui dire que ce n'est pas grave qu'il faut qu'il recommence et réussira mieux la prochaine fois. Même si vous avez eu peur, vous êtes resté-e-s positifs/ives pour votre enfant. Ou encore, il y a une compétition et il ne monte pas sur le podium. Allez-vous dire à votre enfant que c'est de sa faute, qu'il ne fait pas bien ou allez-vous lui dire que ce n'est pas grave et que prochaine fois sera la bonne ? Il en est de même avec les langues ! Pourquoi passez votre temps à dire à vos enfants que la langue qu'ils utilisent n'est pas bien alors qu'ils essayent ? Voyez les choses de manière positive en faisant des compliments. Même s'ils mélangent les langues, les codes, même s'ils n'atteignent pas toujours les objectifs que vous vous êtes fixés, restez positifs. Avancez et continuez, sachez que ce que vous faites, vous le faites bien. Ne vous comparez pas aux autres, chaque famille est différente, chaque enfant est différent. 


Si vous avez une question, si vous doutez, vous pouvez me contacter sur : contact@multilingualcafe.com ou lamaisondumultilinguisme@gmail.com, nous établirons ensemble votre projet langue pour la famille. Nous pourrons discuter de la P.O.I.R.E. une méthode que j'ai développée pour que l'éducation bilingue se déroule harmonieusement.

J'aurais plaisir à échanger avec vous sur le sujet


___________________________


When raising our children with several languages, we are all wondering about the good manner to do so. Am I doing the right thing ? which is the best method ? What should I do ? 

Here are 6 keys to help you:

Key nº1 : do not read too much, so you will not stress

If you do not wish to stress concerning the plurilingual education of your children, be careful about what you read! This is one of my keys. Let me explain! We are all tempted - and I am one of those as well - to find information, to read in order to know whether we are doing the right things. In reading too much and in reading the "wrong" things, we are wondering too much, asking ourselves too many questions and then we start stressing. I did not say, you should not read and get informed, on the contrary. You just have to be careful about your choice of literature. You have to choose well what you are reading. Are we reading the right articles? There are so many articles, blogs, websites on the Web that it can be difficult to know who is right. Who can we believe? Scientific and academic literature can sometimes be difficult to read when you do not master the university jargon, and do we really want to read scientific researches and findings everyday. Recently a mother was telling me that she saw a new type of information on Facebook, a live program on multilingualism and she added, it is way too scientific, of no interest for families as it is not really giving them concrete information. May I suggest you a little exercise - especially when reading in English! It is important that you search who is writing, who is the author of the blog or the article, or of the website you have an interest in. The person writing should give information about himself or herself. And then ask yourself: (1) is this person an expert in multilingualism? If so, is he or is she trained? Which studies did he/she follow? (2) Or is this person presenting his/her own experience? If so, this is interesting to read about other people's experiences, but would that work for your own family? Not necessarily! If that person knows all that has been written and published and has a good grasp of the terms and jargon, but is he/she trained? What has been published under his/her name? I agree, you can become a cook without going to a cookery school. But can you be an expert in bilingual and plurilingual education without having studied? Would you let you children learn swimming with someone who has not been trained in case your child get drowned. Would that person be able to save your child if he/she is not trained? Would someone who has learned first aid be a doctor? No, obviously no! So, it is up to you to ask yourself questions and to make your own choices. I am going to name nobody, however, if you have doubts and questions, do not hesitate to come back to me. 

Key nº2: be extremely patient

Your children are not going to become bilingual overnight, just because you decided so. As any parent, you know what is good for them. You know that bilingualism will open many doors to them in their future and you know it is ideal that they start acquiring the family languages as soon as they are born. Do you really think that a little boy of 2 years of age, or an child aged 7 (the age of reason, as it is commonly said), or even a bright teenager are thinking about their future and the fact that speaking several languages will be very useful to them? That it will open many doors? Personally, I do not think so. I do not think they see any usefulness in the languages you are giving them. It is like food. You know what is good for your child. You know, for example, that milk is good for their growth, for their bones. But your child keeps refusing to drink milk. It is the same with some vegetables, isn't it? What are you doing? There are several methods: forcing them while getting cross, repeating again and again that milk and vegetables are good for their health or be extremely patient and start again and again and again, and finding ways for your child(ren) to drink milk and eat vegetables. As long as they have not understood the usefulness of something, they will refuse them. Then they will accept, and after they will refuse again and you feel like going backwards. Every time you feel you win a battle, you will have to start again for the next one. So you will need a lot of patience, but it is really worth it.


Key nº3: talk a lot to you child, talk, talk and talk, so that s/he hears the language. 

The more you speak with your child, the more s/he will learn to speak. Interaction is the most important activity for your child's language development. Every opportunity is good to speak and exchange with your child! You have to talk about everything and nothing. It is important. When you were a child, your parents were talking with you. You heard them talking. The teacher was talking at school. You were talking with your grand-parents, your brothers and sisters, your cousins, etc. The opportunities to speak and hearing the languages are extremely numerous. Your are going to tell me, there was only one language and it was easier. Now you are living abroad, and you are the only person speaking your language. There are no interaction with other people. I accept this many not always be easy.

You can then ask me: how can I do? Well, you have to speak to your child(ren) as often as possible, on every possible topic. For example, when you go shopping. Then, talk about what you are buying: you could say: "we are going to buy three green apples, the red apples are sweeter, the yellow bananas are coming from Africa..." There are a lot of words there to learn and also the manner the sentences are created. I remember, when my own children were small, I was talking that way to them and people around were looking at me wondering what I would be saying and why I would be talking to such small children while shopping, when they could not answer. This gave them a chance to learn the vocabulary and to associate word and objet. Then in the car, instead of music, you can put a CD of someone reading a story, you can play letter games such as the alphabet for example.


At home, instead of the local radio, you can listen to a radio in your own language. Modern technology is wonderful and gives us a chance to listen to radio via the internet. Every opportunity is good to talk to your child and have him/her listen to the language.

The more, s/he will hear the language, the better it is going to be.


Key nº4: accept the fact that your child is going to mix up languages

I think there is no point in wishing everything to be perfect all the time. We are all wishing our children to speak the languages perfectly, for them not to mix the languages and also that they can make the difference between the various languages, that they do not mix words and grammar. Unfortunately I feel it is a dream. Why do i say this? Because when you live abroad, some words from the other languages will become necessary in your everyday talk. I can give you a very simple example. All the children in the Netherlands call their teacher Juf. It will become easier for your child to use the word "juf" than trying to find the word in English which is longer anyway: teacher. Then, your child will say: "Today with Juf Marieke, we did..." Another example, you are in Ireland and for his training, you child does not go to the stadium, but the GAA. All those little words are going to be mixed up in you everyday talks. Be careful, you are using them as well! As your child grows up, the changes and corrections will be made automatically depending on who your child is talking to and whether the person knows the culture and language of the country he is using. If not, your child will use the "proper" or "correct" word using the word teacher or stadium, so that the person s/he is talking to will understand. Your child will be careful when s/he talking to someone who has not been brought up in the same culture.


As for the grammar, why trying to make complicated sentences, when it is quicker and easier in the other language. Here it is a bit more complex. But at the same time, it is not the end of the world! You cannot spend your time correcting your child saying; this is not the right way, you should say it that way. use another method, repeat the sentence your child say using the right structure. Then you will be pulling your hair less, you will have less conflict with your child and things will correct a little at a time. It is also in reading to your child that they will learn the proper constructions of sentences. 


Key nº5: define your aims, prepare a plan and keep being realistic

In order for you to succeed in the bilingual or plurilingual education of your children, you have to have a target. Your aims will evolve as your children will grow up. However, you have to be realistic. Do not think your children will become bilingual overnight without your having planned it, without your having decided what you were going to do and how. You have to take one step at a time and not jump over any of them. As you know, I like to compare to make things simpler to understand and to put into place. To be able to cook, you need to know the cooking vocabulary. It is the same with a language, you have to learn the vocabulary and it will enrich itself with time. To cook, you need to put all the ingredients together in a certain manner, it is the grammar, the connexion with the elements. How to assemble the ingredients, the words. First, you start with simple cakes such as a madeira cake with few ingredients and then later you can create more complex cakes which are more elegant and more difficult to create. It is the same with a language! You must first ask your child to make simple sentences, with time, his/her vocabulary will grow. His/her mastery of the grammar will get reinforces and s/he will be able to say more things and in a more complex manner. 


How can you establish your target? You have to start with simple aims and they must be realistic. You cannot ask your child to be able to do everything in one go. You have to proceed one step at a time. Then you will avoid to be disappointed and then to give up. Do not ask you children too much at one time. With my partners from the Erasmus+ project I am taking part into, we are preparing a booklet with simple and realistic aims, so that you can define them and follow them. You can plan your own target or I can help you if you wish. 


Key nº6 : be and keep positive

It is absolutely essential if you wish to be successful. Looking at what you child is doing with his/her languages as a success all the time is very important. Your child is still small, he may dream to become a jockey. He is taking horse riding lessons. Then one day, he falls! What are you going to say? You are stupid, it is your fault, you did not sit properly on your horse. You will never manager. OR are you going to say: it is ok, do not worry. You will be better next time, this can happen. Hope your are not hurt too much! Even if had a fright yourself, you are going to stay positive with your child. to if your child does not get a medal at a competition, are you going to say: it is your fault, or are you going to say, it does not matter and s/he will happen the next time!? It is the same with the languages! Why do you keep telling your child they are not doing it right when they are trying? Look at things in a positive light, complement them. Even if they mix languages, the codes and are not always reaching the aims your have, keep having a positive attitude. Keep on, and do not forget that what you do is good. Do not compare yourself with others, your family is unique, your child is unique as well.


If you have a question, if you have doubts, you can contact me on contact@multilingualcafe.com or lamaisondumultilinguisme@gmail.com, we can establish a Language Plan© for your family. You can talk about the P.O.I.R.E., a method I develop to help the bilingual education.


I will be very happy to share with you on the matter.



jeudi 25 juin 2020

Quelle stratégie ou méthode utiliser ? / Which strategy or method to use? / Welke strategy of wijze te gebruiken?




Les vacances d'été approchent. C'est le moment de ré-évaluer ce que nous avons vécu et de planifier ce que nous souhaitons pour continuer.

La pandémie mondiale que nous venons de vivre, le confinement qui nous a été imposé pour des raisons sanitaires évidentes, nous ont permis de vivre autrement, de voir les choses autrement. 

Avant de se demander quelle est la meilleure stratégie ou plutôt la méthode -et j'expliquerai plus bas pourquoi je préfère ce mot méthode à celui de stratégie -, il faut se demander ce qu'est une langue et à quoi elle sert. Une langue, c'est plus que des mots que l'on assemble ensemble pour créer un sens. Elle sert à beaucoup de choses. C'est en comprenant ce qu'est une langue que vous pourrez choisir la méthode à adopter. Une langue, certes, ce sont des mots, mais derrière ces mots, il y a des sens, des significations spécifiques. Il y a des émotions. Prenons quelques exemples, en anglais, il y a deux mots pour aimer : like et love ; en néerlandais, il y a deux mots pour la maison : huis et thuis. A chaque fois, l'un des mots à une tonalité différente. Les mots servent dans le quotidien et pour absolument tout ce que nous faisons : cela va de la cuisine, au jardin en passant par la lecture du journal, les discussions avec les voisins, les devoirs d'école, les achats divers... Elle est un élément essentiel de notre quotidien. Nous ne pouvons pas vivre sans la langue. 

Elle nous permet de nous exprimer, mais aussi d'écouter les autres. Elle nous permet de partager. Elle nous permet d'apprendre. Même quand on rêve, on utilise la langue. On ne peut pas vivre sans elle. On parle même de langue scientifique, de langue culinaire, de langue journalistique, de langue académique. Vous vous détendez au cinéma, elle est là aussi la langue ! Vous bavardez avec vos amis, la langue s'est aussi invitée dans la conversation. Elle est dans la culture, dans la science, dans la santé, dans la cuisine... vous vous promenez et vous voyez des panneaux publicitaires, vous entendez des enfants jouer... Elle est absolument partout et elle est indispensable à notre quotidien. Même les animaux ont leur propre language. Sans elle, nous ne serions pas ce que nous sommes aujourd'hui. Je pense ici à ces enfants qui ont été abandonnés dans la jungle, comme Mowgli, Marie-Angélique le Blanc... qui développent leur propre language afin de communiquer. Nous ne pouvons donc vivre sans langue, quelle qu'elle soit. 

Par contre, chaque culture a développé la langue à sa manière. Et quand nous vivons à l'étranger, cette langue qui fait partie intégrante de nous devient plus importante. Et elle le devient encore plus quand nous avons des enfants. Notre langue nous a été transmise par nos parents, qui l'ont reçue de leurs propres parents, qui eux-mêmes l'ont reçue de leurs parents. Comme cela, de génération en génération. Nous voulons tous transmettre à nos enfants, ce que nous avons reçu, surtout si c'est quelque chose d'important. Et la langue fait partie de ces choses importantes de la vie. C'est un cadeau inestimable que nous avons reçu en tant qu'enfant. 

Transmettre ce cadeau peut être un réel défi pour certains-certaines d'entre nous, en particulier quand nous vivons dans un environnement qui utilise une autre langue. Chaque famille est différente. Nous vivons tous et toutes dans des environnements différents. Nos choix de vie sont différents, Il ne peut donc y avoir une seule et unique méthode, une seule et unique façon de faire. Par contre, il est possible de s'inspirer de ce qui est fait et proposé et de l'adapter à sa propre situation. Si vous avez des difficultés à adapter, n'hésitez pas à faire appel à mes services pour une consultation personnalisée

Quelles sont les principales stratégies dont il est souvent fait mention ? D'abord, j'aimerais souligner que je préfère le mot "méthode" à celui de stratégie, à cause des connotations derrière ce dernier. La stratégie implique un plan d'actions pour atteindre un objectif. Cela a des connotations militaires, strictes, tactiques... Il implique des manœuvres pour obtenir ce que l'on souhaite. Alors que le mot "méthode" est plus neutre. On pense ici à des techniques, des façons de faire, des étapes, des principes... La méthode est beaucoup moins stricte et pesante que la stratégie. Quand vous faites un gâteau, on vous donne une méthode pour le faire et non une stratégie. On vous donne une recette, une façon de faire qui parfois réussie, parfois rate. En fonction du four que l'on a, en fonction des ingrédients dont on dispose. Votre farine par exemple, n'est pas aussi fluide que celle demandée. Alors il va falloir adapter la recette et vous obtiendrez un résultat qui ressemble à ce que vous souhaitiez avoir. Ce n'est pas une copie conforme, mais c'est une réussite !! Je vous propose donc de regarder les méthodes, les recettes qui sont proposées dans l'éducation bilingue de vos enfants, n'oubliez pas qu'il faudra faire en fonction des ingrédients dont vous disposez. 

Alors voici les méthodes / recettes que l'on trouve le plus souvent : 

Méthode / Recette 1 : une personne / une langue - UPUL -> c'est ce qu'il y a de plus connu. L'idée est que chaque personne parle une seule langue avec l'enfant. Afin que celui-ci associe la personne à la langue. Avantages : cela peut éviter les confusions pour les enfants. Les parents utilisent la langue dans laquelle ils se sentent le plus à l'aise. Ils sont donc en mesure de leur offrir une "meilleure" langue, une langue dans laquelle ils sont capables d'exprimer tout ce qu'ils souhaitent dire et faire comprendre à leurs enfants. Cela semble être la méthode la plus logique et la plus simple. Désavantages : il faut y penser en permanence et que même en compagnie d'autres personnes, il faut continuer à utiliser la même langue, car il faut être logique vis-à-vis des enfants. En grandissant, les enfants finiront par se rendre compte que vous savez parler l'autre langue et ils vous mettront alors au défi. Ils risquent de refuser de parler votre langue. Si vous êtes une famille mixte (parents qui parlent des langues différentes), c'est certainement la méthode idéale, surtout quand les enfants sont petits. Elle peut cependant être source de conflits si l'un des parents ne parlent pas la langue de l'autre, et donc ne comprend pas l'autre parent quand il s'adresse aux enfants. Les parents parlent entre eux et utilisent soit l'une des deux langues, soit une troisième langue. Hors de la maison, les parents utilisent aussi une langue. En grandissant, les enfants se rendront compte des langues utilisées et vous mettront en situation de défi, de refus de la langue... Il faut donc bien discuter entre parents avant de commencer et surtout être très consistants, car c'est là la clef de la réussite de cette méthode. 


Méthode / Recette 2 : Une langue à la maison, l'autre à l'extérieur. C'est une méthode assez facile à suivre. Elle consiste à utiliser une langue quand vous êtes en famille dans la maison. En général, il s'agit de la langue qui n'est pas utilisée localement. Et vous utilisez l'autre langue, la langue locale, dès que vous êtes à l'extérieur. Cela nécessite que les deux parents parlent la même langue, c'est la langue de la famille. Avantages : C'est une méthode assez facile à suivre. Les deux langues correspondent à des lieux et donc des moments bien définis. Les enfants savent que dès qu'ils rentrent à la maison, ils changent de langue. Si vous êtes migrants, réfugiés, voire expatriés, c'est certainement la meilleure des méthodes pour transmettre votre langue a vos enfants. Désavantages : il y en a peu, sauf qu'avec le temps et en grandissant, les enfants qui rentrent de l'école voudront raconter leur journée et leurs aventures. Leur journée à l'école se sera déroulée dans la langue qui n'est pas celle de la maison. Ils auront donc envie d'utiliser la langue de l'école à la maison. N'oubliez pas que le vocabulaire utilisé à l'école n'est pas non plus celui utilisé à la maison. Ils auront donc des difficultés à trouver les mots pour expliquer et pour raconter leur journée dans la langue de la maison. Cette question de vocabulaire est très importante. Nous en avons déjà parlé et nous en reparlerons. Avec Multilingual Café, nous aurons des ateliers sur le sujet dès le mois de septembre, et vous pouvez déjà vous inscrire


Méthode / Recette 3 : Une Langue, Une Activité. Avec cette méthode, vous choisissez la langue dans laquelle vous souhaitez parler en fonction de l'activité ou du moment de la journée. Par exemple, vous pouvez choisir de parler une langue pendant les repas, parler une autre à un autre moment de la journée, et choisir une autre langue pour certaines activités de la semaine, comme le sport, les promenades dans le parc, etc. Ce peut être une langue pendant la journée et une autre le soir. Suivant l'activité, on choisit une langue. Certaines familles vont jusqu'à utiliser une langue une semaine et l'autre langue la semaine suivante. Avantages : on peut utiliser toutes les langues en fonction du contexte. Elle permet de bien différencier les langues en fonction des moments et des activités. Désavantages : il faut bien délimiter les lieux et les moments où l'on parle une langue et quand on change. C'est une méthode qui demande beaucoup d'organisation. L'idéal est d'utiliser un semainier des langues - La Maison du Multilinguisme en propose un - et j'offrirai en septembre un atelier pour apprendre à l'utiliser, les inscriptions sont ouvertes


Méthode / recette 4 : ne choisir aucune méthode -> il est tout à fait possible de ne choisir aucune de ces méthodes et votre enfant deviendra également bilingue ou trilingue. Il y a cependant une condition : rester logique dans ce que vous faites et demandez à votre enfant.


N'oubliez pas que vous devez faire en fonction des ingrédients que vous avez, c'est-à-dire en fonction de votre famille, de vos enfants, des langues parlées dans la maison, du pays dans lequel vous vous trouvez, de l'âge de vos enfants, de votre environnement... Tous ces ingrédients doivent être inclus pour pouvoir réussir.

Des questions, des commentaires, je les attends et y répondrai avec plaisir. 

____________________


Summer holidays are not far away. It is time to think back about what has been happening and to plan for what we all would like to happen.

The world pandemic that we have all gone through now, the lockdown that has been imposed on us for obvious health reasons, forced us to live differently and to look at things differently as well. 

Before looking at what is the best strategy or rather best method - I'll explain underneath why I prefer the word method to the word strategy - let's look at what a language is and what it is used for. A language is more than just words that you put together to create meaning. It is used for many  many things. When you understand what a language is, that you will be able to choose the best method for you. Yes, a language is made of words, but what can you find behind those words. You can find meaning, you can find emotions, you can find feelings. For example, in English, we have two words for liking something: to like and to love. They mean the same, but have a different tonality. In Dutch, there are two words for house, as in English: huis and thus. Each of those words have a slight difference to the other. Words are used in our daily life and they are part of everything we do: in the kitchen, in the garden, when reading a newspaper, when chatting with our neighbours, for homework, when we buy something.. It is part of our everyday life. We cannot live without a language.

With a language, we can express ourselves, we can listen to other people. We can share. we can learn. Even when we dream, we use the language. We cannot live without it. There are a scientific language, a culinary language, a journalistic language, an academic language. When you have a leisure time and go to the cinema, the language is there too! When you have a chat over tea with your friend, the language also invited itself in the conversation. You find it in the culture, in the sciences, in health, in cooking... you go for a walk and you see ads, it is there too. You hear children playing, the language is there. Without a language, we would not be where we are today and what we are today. I am now thinking about those children who have been abandoned in the jungle, like Mowgli or Marie-Angélique le Blanc... they have developed their own language... in order to communicate. We cannot live without a language, whatever that language is. 

However, each culture developed the language its own way. When we live abroad, this language which is our own gets a new meaning, it becomes more important to us. It becomes even more important when we have children. We got our language from our parents, who got it from their own parents, who themselves got it from their parents. It is transmitted from generation to generation. We all wish to transmit what we have, what we have received to our children, especially if it is something important to us. And our language is among those important things in life. It is an invaluable gift that we received as a child. 

Transmitting this gift can be a real challenge for some among us, in particular when we live in an environment which uses another language. Each family is different. We all live in different environments. Our choices for life are different. So there cannot be one single and unique method, one single and unique way of doing. On the other hand, it is possible to get inspiration from was is being suggested, we can get inspired and adapt it for our own situation. If you have difficulties in adapting, feel free to call on me for a personalised consultation. 

What are the main strategies which are often mentioned? First of all, I'd like to say that I would prefer to use the word "method" rather than the word "strategy" because of all the connotations of that word. When you talk about strategy you imply a plan of actions with an aim to reach. This can have military connotations; it can sound strict and using tactics... It implies manoeuvring  to reach what you are looking for. Whereas the word "method" is more neutral. When we think of method, we are thinking of techniques, ways of doing, steps, principles... A method is less strict and hard to accept than a strategy. When you make a cake for example, you get a method to do it, not a strategy. You get a recipe, a way of doing it, which is sometimes a success or can be a disaster. It would depend on the oven you have, on the ingredients you have and you will get something which looks like what you were expecting to have. It is not the exact copy, but it is a success !! I am thus suggesting to look at methods, recipes which are suggested for the bilingual education of your children. Do not forget, you will have to do with the ingredients that you have. 

So here are the various methods / recipes that are mostly found: 

Method / Recipe 1 :  One Parent/One person - One Language - OPOL. This is the most known. In that case the parent ou the person who speaks the language in question speaks only that language. So the child would associate the person with the language. Advantages: this might help some confusion for some children. Parents use then the language in which they feel more confident and thus give a "better" language to their children. This is the language with which they can express everything and are able to make everything understood to their children. This seems the easiest and most logical method. Disadvantages: you always have to think about this. Even when you  are with other people, you must also do it, as you need to be logical with your children. In growing up, your children will end up noticing that you can speak the other language and they will challenge you. They may even refuse to speak your language. If your family is a mixed family (i.e. a family where the parents are speaking a different language), it is certainly the ideal method, especially when the children are young. However it can create conflict if one of the parents does not understand the language of the other parent and thus do not understand what the other parent is saying to the children. Parents are also using a language between themselves. Outside the home, there is also another language used. When they grow up, the children will realise there are those other languages that you can speak, and they will challenge you, or refuse to speak the language... So, before you start, you have to talk about it together as parents, because you will have to be consistent and this is the key to success with this method. 

Method / Recipe 2 : one language at home, one language outside of home. It is an easy method to follow. In this case, you choose to speak one language at home, usually, it is the language which is not the local language, and the other one when you get out. Then the two parents have to be able to speak the two languages. Advantages: it is an easy-to-follow method. The two languages have definite places where they are spoken. The children know, that, as soon as they are back home, they have to change language. It is quite simple to follow. If you are migrants, refugees or expatriates, it is certainly the best method to give your language to your children. Disadvantages: there are few disadvantages with this method, except maybe that as they grow up, when they children come back from school they may want to tell about their day in the "outside" language rather than the "home" language. They would want to tell you about they adventures in the other language. So they will wish to use this other language. Do not forget that the hoe vocabulary is not the same than the one you use at school. So they may have difficulties if finding the words in the home language to tell you about their day. This question of vocabulary is extremely important. We already talked about it. With Multilingual Café, we are going to have some workshops on this matter from  next September on, you can already register

Method / Recipe 3: One language, one activity. In that case, you choose the language according the activity or the time of the day. For exemple, you can choose which language to use during meals, then you can use another one, or which language to use on which day of the week, or for some activities like some sports, or walks, etc. And you switch from one language to the other one as you change activity in the day and week. This can also be one language during the day, and one language in the evening. This makes a clear difference between the times when one or the other language is being used. Some families even choose one language one week, another language the following week. Advantages: you can use all languages, according the activities. It allows to make a clear difference between the languages according time and activities. Disadvantages: you have to create clear border for the places and times when you use a certain language and to know exactly when you change. This ask a good organisation. The ideal is to use the "Language Weekly" (you can create one during some of my workshops with La Maison du Multilinguisme) and in September, I will have workshop to explain how to use it. You can already register.

Method / Recipe 4: None or  mix of the methods and languages; this is well possible to choose none of the above method and your child/children will become bilingual anyway. On one condition : stay logical in what you do and what you ask your child.

Do not forget that you have to do according the ingredients that you have, in other words it has to be done according your family, your children, the language spoken in the home, the country where you live, the age of your children, your environment... all those ingredients have to be taken into account to succeed. 

Any questions or comments, send them. I'll be happy to answer to them. 

___________________

We zijn nu op vakantie. Het is een goede tijd om opnieuw te evalueren wat we maakte en te plannen wat we willen voortzette.

De wereldwijde pandemie die we zojuist geleefd hebben, de opsluiting die voor duidelijke gezondheidsredenen aan ons opgelegd was, maakten het mogelijk voor ons anders te leven en de dingen anders te zien. 

Voordat we ons afvragen wat is de beste strategie of liever de beste methode is (ik zal hieronder uitleggen waarom ik deze woord methode verkies boven die van strategie), moeten we ons afvragen wat een taal is en waarover won taal gebruikt is. Een taal is meer dan woorden die we samenstellen om betekenis te creëren. We gebruiken het voor menige dingen. Wanneer we begrijpen wat een taal is, kan je de methode die je gebruiken wilt kiezen. Natuurlijk zijn er woorden in een taal, maar achter deze woorden zitten specifieke betekenissen en bedoelingen. Er zijn emoties. Laten we enkele voorbeelden nemen; in het Engels zijn er twee woorden for liefhebben, er is "love" en "like". In het Nederlands zijn er twee woorden voor: huis: huis en thuis. Elke van deze woorden heeft een andere nuance. We gebruiken woorden dagelijks en voor absoluut alles wat we doen: het gaat over de keuken, de tuin, het lezen van de krant, discussies met onze buren, schoolhuiswerk, verschillende aankopen... De taal is een essentieel onderdeel van onze dagelijkse leven. We kunnen niet zonder taal leven. 

Met een taal kunnen we onszelf uiten, maar ook naar anderen luisteren. We kunnen met een taal delen. we kunnen leren. Zelfs als we dromen, gebruiken we een taal. We kunnen niet zonder een taal leven. We praten zelfs over wetenschappelijke taal, culinaire taal, journalistieke taal academische taal. Je ga naar de bioscoop om te ontspannen, is er ook taal! Je chatten met je vrienden, zodra de taal ook uitgenodigd in het gesprek. Het zit in cultuur, in wetenschap, in gezondheid, in de keuken... je ga rond lopen en ziet je reclameborden; je hoort kinderen spelen... Het is absoluut overal. Het is zeer belangrijk in ons dagelijks leven. Zelfs dieren hebben hun eigen taal. Zonder een taal zouden we niet wat we nu zijn. Ik denk hier aan de kinderen die in de jungle achtergelaten waren, zoals Mowgli, of Marie-Angélique le Blanc... ze hebben hun eigen taal ontwikkelen om te communiceren. Dus kunnen we zonder een taal, enige taal leven. 

Aan de andere kant heeft elke cultuur de taal op zijn eigen manier ontwikkeld. Wanneer we in het buitenland wonen, wordt deze taal, die een integraal onderdeel van ons is, belangrijker. Het wordt nog meer als we kinderen hebben. Onze ouders hebben ons onze taal overgebracht, dir vangen eigen ouders ontvingen, die zelf van hun ouders ontvingen. Van generatie op generatie. We willen allemaal onze kinderen doorgeven, alles dat we ontvangen hebben, vooral als het iets belangrijk is. Een taal is iets belangrijk. Het is een kostbaat geschenk dat we als kind hebben ontvangen. 

Voor sommigen kan het doorgeven van de taal een echte uitdaging zijn. Vooral als we in een omgeving wonen waar een andere tall gebruikt is. Elke familie is anders. We leven allemaal in verschillende omgevingen. Onze levensstijlskeuzes zijn anders. Dus is kan er nier één methode zijn, één enkel en uniek methode zijn. Aan de andere kant is het mogelijk om inspiratie te halen uit wat er gedaan en voorgesteld wordt. En we kunnen dit aan onze eigen situatie aanpassen. Als u zich moeilijkheden hebben, aarzel niet om beroep te doen op mijn diensten voor persoonlijk adviesgesprek.


Het doorgeven van dit geschenk kan voor sommigen een echte uitdaging zijn - sommigen van ons, vooral als we in een omgeving leven die een andere taal gebruikt. Elke familie is anders. We leven allemaal in verschillende omgevingen. Onze levensstijlkeuzes zijn anders, dus er kan niet één methode zijn, één methode. Aan de andere kant is het mogelijk om inspiratie te halen uit wat er gedaan en voorgesteld wordt en dit aan te passen aan uw eigen situatie. Als u zich moeilijk kunt aanpassen, aarzel dan niet om een ​​beroep te doen op mijn diensten voor persoonlijke adviesgesprekken.

Welke zijn de meeste strategieën die vaak worden genoemd? I heb het woord "methode" beter. Want strategie heeft connotaties dat ik niet het eens met ben. Strategie omvat een actieplan om een doel te bereiken. Het heeft militaire, strikte, tactische connotaties... Het omvat manœuvres om te krijgen wat je wilt. Her woord "methode" is meer neutraal. Met het woord methode denken we aan technieken, manieren, stappen, principes... De methode is veel minder strikt en omslachtig dan strategie. Zoals je een cake bakt, krijg je een methode om hem te maken, geen strategie. Je heeft een recept gekregen, een manier. Soms het lukt, soms het lukt niet. Het is afhankelijk van de oven van e beschikbare ingrediënten. Je bloem is bijvoorbeeld niet zo vloeibaar als gevraagd. Je zult dus het recept moeten aanpassen en je krijgt een resultaat dat lijkt op wat je wilde. Het is geen gelijk kopie, maar het is een success!! Daarom vind ik dat methoden, recepten beter zijn dan strategieën. Het is ook beter om methoden voor het tweetalig  opvoeding van je kinderen te hebben, en vergeet niet dat je moet doen volgens de ingrediënten die je hebt.


Methode / Recept 1: één persoon / één taal - EPET -> dit is de meest bekende methode. Het idee is dat iedereen maar één taal met het kind spreekt. Zodat is de persoon met de taal geassocieerd. Voordelen: Het kan verwisseling voorkomen. Ouders gebruiken de taal waarin ze zich het prettigst voelen. Ze kunne een ‘betere’ taal aan te bieden, een taal waarin ze kunnen uitdrukken wat ze willen zeggen en hun kinderen het begrijpen. Het lijkt de meest logische en gemakkelijkste methode. Nadelen: je moet er de hele tijd over nadenken en zelfs in het gezelschap van andere mensen moet je dezelfde taal blijven gebruiken, want je moet logisch omgaan met de kinderen. Wanneer ze ouder zijn, zullen de kinderen beseffen dat je de andere taal spreken kunt. En ze zullen je uitdagen. Misschien willen ze niet meet je taal spreken. Als je een bi-nationale gezin is (de ouders spreken verschillende talen) is het zeker de ideale methode, vooral de kinderen klein zijn. Het kan ook een bron van conflict zijn als één van de ouders de taal van de andere ouder niet spreekt. Hij/zij kon niet begrijpen wanneer de andere ouder met de kinderen praat. En dat is mogelijk. Ouders spreken ook met elkaar en gebruiken een taal - het is één van de talen van de gezin of een derde taal. Buitenshuis gebruiken de ouders ook een taal. Als de kinderen ouder worden, zullen ze zich realiseren dat je verschillende talen kan spreken...  Daarom is het noodzakelijk een discussie tussen de ouders de hebben. Je moet consequent zijn. Daar is de sleutels tot het succes van deze methode.

Methode / Recept 2 : één taal thuis, een andere taal buiten. Dit is een vrij gemakkelijke methode te volgen. Het bestaat uit het gebruik van één taal wanneer met je gezin thuis bent. Het is meestal de taal dat niet in het land wordt gebruikt. En je gebruikt de andere taal, de lokale taal, wanneer je buiten bent. Beide ouders moeten dezelfde taal spreken, de taal van het gezin. Voordelen: het is een vrij gemakkelijke methode de volgen. Elke taal is voor gedefinieerde plaatsen en tijden. De kinderen weten dat zodra ze thuis komen ze de taal veranderen. Als u migranten, vluchtelingen, of zelfs expats is dit zeker de beste manier om je taal aan je kinderen door te geven. Nadelen: er zijn weinig. Tenzij met tijd en waaneer je kinderen ouder worden zullen ze hun dag en hun avonturen vertellen. Hun dag op school zal in de school taal doorgebracht en dat is niet de huistaal. Daarom zullen ze de schooltaal willen gebruiken. . Je moet niet vergeten dat het woordenschat dat op school wordt gebruikt niet hetzelfde als thuis is. Ze zullen moeite hebben om de rechte woorden te vinden om hun dag te vertellen. Deze kwestie van woordenschat is erg belangrijk. We hebben er al over gesproken. Multiligual Café zal workshops daarover hebben. 

Methode / recept 3 : één taal, één activiteit. Met deze methode kies je de taal waarin je wilt spreken op basis van de activiteit of het tijdstip van de dag. Bij voorbeeld kun je een taal voor de maaltijden, een andere taal op een ander tijdstip van de dag. Je kan een taal voor  bepaalde activiteiten zoals  sporten, wandelen in het park, enz. kiezen. Het kan een taal voor de dag zijn en een andere taal 's nachts. Afhankelijk van de activiteit kies je een taal. Sommige gezinnen gaan zelfs een taal voor de ene week en een taal voor de volgende week. Voordelen: alle talen kunnen worden gebruikt, afhankelijk van de context. Het is mogelijk om de talen te differentiëren op basis van de momenten en activiteiten. Nadelen: je moet duidelijk de plaatsen en tijden definiëren; waar je een taal spreekt en wanneer je verandert. Je moet zeer georganiseerd zijn. Het ideaal is een taalweek-planner te gebruiken. Ik zal ook een workshop aanbieden om dit te gebruiken. 

Methode / recept 4: geen van deze methode te kiezen -> het is mogelijk geen van deze methode te kiezen en je kind wordt ook tweetalig or drietalig. Er is echter één voorwaarde: logisch te blijven in wat je doet en vraag aan je kind. 

Vergeet niet dat je moet met je eigen ingrediënten doen, dat wil te zeggen met je eigen familie, je kinderen, de talen die in je huis gesproken worden, het land waarin je bent, de leeftijd van je kinderen je omgeving... Al deze ingrediënten moeten toegevoegd om succesvol te zijn.


Je heb vragen of opmerkingen; je kan deze sturen en ik zal met plezier beantwoorden.

lundi 8 juin 2020

Nouveau / New / Nieuw



Afin de faciliter la lecture des articles du blog de Multilingual Café, mais aussi de pouvoir le proposer en encore plus de langues, nous avons décidé d'avoir des pages pour chacune des langues que nous utilisons dans l'association. Nous n'allons pas transférer tous les articles précédents, la tâche serait bien trop longue. A partir d'aujourd'hui et pour les articles suivants nous renverrons aux différentes versions.

Nous allons donc commencer dès aujourd'hui.




mercredi 3 juin 2020

10 ans déjà !!



10 ANS !! Eh oui, déjà 10 ans !!

Comme toutes ces années se sont déroulées vite et nous avons vécu tellement de choses.

La crise sanitaire actuelle nous a empêché de présenter ce que nous voulions faire, mais ce n'est que partie remise, nous re-programmons l'événement que nous avions prévu.

Laissez-moi revisiter les 10 dernières années.

J'ai d'abord commencé avec une association du nom de Bilingual Forum Ireland, basée en Irlande, comme son nom l'indique. J'avais commencé au cours de l'année 2010. C'est le 2 juin 2010, que tout a vraiment commencé pour moi. Puis, un jour, la fondatrice de cette association irlandaise est partie et tout laissé en plan !! Nous nous retrouvions donc dans une sorte d'impasse. Que faire ? Abandonner ou continuer.
Les choses ont été un peu chaotique pendant quelques temps, mais nous avons continué à avancer. Avec les personnes que j'avais rencontrées sur la ville de Cork, nous avons décidé de continuer,  c'est en janvier 2012 au cours d'une rencontre avec plusieurs personnes que nous avons décidé de fonder ce qui s'appellera désormais Multilingual Café. Le système associatif en Irlande est bien différent de ce que nous connaissons en France et tout s'est parfaitement déroulé, avec nombres d'activités et de rencontres (dont je parlerai ci-dessous). En 2018, on me propose de participer à une rencontre internationale sur le thème de politique linguistique familiale au cours d'une rencontre Tales@Home. J'y participe avec un immense plaisir. C'est là que je rencontre les personnes de l'association Foyer, en Belgique, qui me propose de participe à un projet Erasmus+ sur le thème de l'éducation bilingue, c'est ce sur quoi je travaille et la raison pour laquelle Multilingual Café existe. Relisez nos vision et mission ! Il est important pour nous que chaque personne ait le droit de parler toutes les langues qu'elle connaît sans que cela ait de conséquences sur sa vie. Par nos actions, nous nous battons pour défendre le droit au dire dans la langue de  notre choix.
Afin de participer au projet Erasmus+, Planting Languages, the seeds of success, nous avons pris la décision de "déménager" Multilingual Café d'Irlande vers la France et de prendre un statut d'association à but non lucratif 1901.
Structurellement, l'association est composée d'un Conseil d'Administration (composé de 5 personnes qui nous permet d'avoir des décisions prises à la majorité) dans lequel on retrouve un Bureau (composé d'un président, d'une secrétaire et d'une trésorière) Nous avons également une Directrice - qui est notre Fondatrice, Isabelle - ainsi que 2 Chargées de Projets, Karin et Margarida.

Qu'avons-nous fait pendant 10 ans ? Une partie - mais tout ! - de nos rencontres et actions se retrouvent sur le 1er blog de Multilingual Café - que l'on peut lire et relire sur ce lien.
Faisons un tour de principaux événements, ceux qui ont le plus marqués les familles et les enfants !!

J'ai proposé et propose encore des "Petits Déjeuners Multilingues" des rencontres informelles avec les familles au matin pour permettre - principalement à des mamans de venir partager et poser leurs questions. Je les propose également avec La Maison du Multilinguisme.

Nous avons proposé des Lectures Multilingues, des après-midi jeux ou chants multilingues qui ont permis aux enfants de voir que l'on peut communiquer quelle que soit la langue que l'on parle.
Une de nos après-midis de lecture multilingue s'est faite autour du Chat botté de Perrault. Toutes les familles ont lu une partie du conte dans leur langue avec animation, déguisement, vidéos... Ce fut une superbe après-midi.
Il y eu aussi des après-midi jeux multilingues, des après-midi au cours desquelles les enfants se sont appris des chansons dans diverses langues.
J'ai alimenté le blog, participé à des conférences.

Nous avons développé des actions en plus grands nombres afin de proposer rencontres, activités, conférences, conseils... au plus grand nombre. Nos actions touchent principalement les villes moyennes et petites dans lesquelles les informations sur le multilinguisme ne sont pas aussi foisonnantes que dans les grandes villes.

Après le 1er blog, nous avons développé ce site - vous y trouvez nos actions, nos propositions, un autre blog, un service dequestions/réponses, ainsi que des ressources que nous ajoutons petit à petit. 
En 2018, nous avons pris la décision d'avoir une rencontre annuelle DIALOGUE - Festival des Langues au cours de laquelle nous voulons mettre les langues à l'honneur. En 2019, DIALOGUE s'est déroulé fin juin 2019. En 2020, DIALOGUE prendra place les 10 et 11 novembre 2020 dans le locaux de la Faculté Catholique de Lille.

Pour la rentrée, Isabelle, Karin et Margarida vous prépare de belles surprises !!!

Bon Anniversaire et Longue Vie à Multilingual Café !!!!!!!


jeudi 30 avril 2020

De l'usage de la télévision et DVD pour aider au développement de la langue / Using television and DVD to develop the language / De taal met televisie en DVD te ontwikkelen



Nous sommes confinés, et les écrans ont parfois pris une grande place dans notre quotidien. Pourquoi ne pas en profiter pour aider au développement des langues de nos enfants. La technologie moderne d'aujourd'hui nous permet de choisir le film, l'émission qui nous intéresse. Et de le faire à l'heure qui nous arrange. Alors pourquoi ne pas ajouter un autre choix ? Celui de la langue !! 
En effet, quand nous choisissons un film, un dessin animé pour nos enfants, pourquoi choisir uniquement ce type de film ou ce type d'émission, ajoutons-y la langue. 
Laissez-moi vous donner un exemple. Vous parlez français, allemand et italien à la maison. Si vos enfants aiment un dessin animé comme un Walt Disney pour rester dans un choix facile. Eh bien, il vous sera sûrement possible (n'hésitez pas à nous écrire si vous ne trouvez pas) de trouver sur une chaîne en ligne la même version en allemand et en italien de ce même dessin animé. Ou même avec un DVD. Il faut donc profiter de cette possibilité de pouvoir écouter en plusieurs langues. 
Comme vous le savez, les enfants aiment bien regarder encore et encore les mêmes choses. Vous pouvez leur proposer d'écouter ce même film ou dessin animé dans une langue différente à chaque fois. Ce sera alors un apprentissage passif de la langue. Même s'il est passif, votre enfant apprendra. Il apprendra les mots, les façons de dire, la prononciation, la musique de langue... les nombreux éléments qui forment une langue et qui lui permettront de mieux la maîtriser ensuite. 
A vous de jouer pour que vos enfants écoutent les langues au maximum - si vous avez besoin d'idées, contactez-nous.

____________________

We are all living at home because our country is locked. Screens have at times taken is big space in our daily lives. Why don't we take advantage of this to help the language development of our children? Modern technology allows us to choose the film we want to watch. The show we have an interest into and to watch it at the time of our choice. Why not adding another choice? The language choice. Indeed, when we choose a film or a cartoon for our children, why choosing only the type of film, cartoon or show, we can add the language in which we wish them to watch it. 
Let me give you an example. You speak French, German and Italian at home. If you children like a cartoon, a Walt Disney for example. Then it is quite easy to watch it on television or with the Internet in a German or Italian version of the same cartoon (feel free to contact us if you cannot find what you are looking for). You can even use a DVD where you can chance the language. It is such a great tool that we have to take advantage of.
We all know that children like to watch the same film or cartoon again and again. You could suggest them to what that same film or cartoon in a different language every time. It will then be a passive acquisition of the language. Even if it is not active, your child is still learning. He/she will be learning words, the pronunciation, the music of the language, as well as phrases... all those elements which make up the language and which will allow you child to master it.

Now, it's over to you to try and have your child(ren) listen to all your languages - if you need ideas, feel free to contact us


____________________


We zijn thuis opgesloten. Schermen hebben soms een groot deel van ons dagelijks leven ingenomen. We kunnen dit gebruiken om de ontwikkeling van de talen van onze kinderen te helpen. dankzij de moderne technologie kunnen we filmen kiezen, of programma dat ons interesseert kiezen. We kunnen deze op een specifieke moment luisteren. Waarom zou we geen andere keuze toevoegen? De keuze van de taal!!
Als we een film, een tekenfilm voor onze kinderen kiezen, kunnen we ook de taal toevoegen. 
Laat me jullie een voorbeeld geven. Thuis spreekt je Frans, Duits en Italiaans. Als je kinderen graaf een cartoon van Walt Disney te luisteren, om een gemakkelijke voorbeeld te geven. Het zal zeker mogelijk zijn om deze cartoon in het Duits of het Italiaans te luisterent (aarzel dan niet om te schrijven voor hulp). DVD zijn ook zeer handig. Het is belangrijk om van deze kans ter profiteren. Luisteren in verschillende talen is belangrijk.
Kinderen zijn dol om dezelfde film of tekenfilm opnieuw en opnieuw te luisteren. Elke keer kunnen ze naar dezelfde film in een andere taal luisteren. Dit is een passief leren van de taal. Zelfs als hij passief is, zal je kind leren. Hij/zij zal de woorden, de muziek van de taal, de uitspraak, de uitdrukkingen... leren. Ze zijn de velen elementen van een taal. En dan zaal hij/zij de taal better beheersen. 
Het is aan jullie om te proberen. Laat jullie kinderen naar vele talen te luisteren. Als je ideeën nodig hebt, neem contact met ons op.