jeudi 25 octobre 2018

Les devoirs? Oui, mais en quelle langue ? / Which language should I choose for the homework? / Welke taal door het huiswerk?

Photo by Rachel on Unsplash


L'année scolaire est bien entamée et nous sommes déjà pour certains en vacances. Et je suis certaine que pour nombre d'entre vous la question de savoir en quelle langue vous alliez aider vos enfants à faire leurs devoirs de classe s'est posée. Oui, quelle langue utiliser ? La langue de l'école n'est pas celle dans laquelle vous vous sentez capable de les aider au mieux. Vous ne connaissez pas non plus tout le vocabulaire utilisé et parfois vous semblez totalement perdus et pourtant, vous savez comment les aider. 
Voici quelques petits trucs pour vous aider à leur donner un coup de main - car bien sûr vous ne faites pas les devoirs à leur place. Les devoirs sont là pour voir si l'enfant a compris ce qui a été dit et fait en classe. Ils sont importants, c'est aussi l'occasion pour vous de passer du temps avec votre enfant en lui parlant dans votre langue. C'est un moment de la journée, où il y aura beaucoup d'échanges.
  1. lisez ce qu'ils ont à faire - et si nécessaire, traduisez dans votre langue, simplement pour vous pour voir si vous avez bien compris. L'idée n'est pas de traduire la question, mais de comprendre ce qui est demandé ;
  2. discuter du sujet, de la question avec votre enfant - cette discussion peut se faire dans n'importe quelle langue. Si vous le faites dans la vôtre, cela aidera votre enfant à acquérir le vocabulaire sur le sujet dans votre langue, et donc enrichira ses connaissances et son vocabulaire ;
  3. vous pouvez passer un peu de temps à chercher le vocabulaire nécessaire, dans les deux langues ;
  4. restez positif et encouragez votre enfant, rappelez-lui qu'il est arrivé à l'endroit où il est grâce à son travail à lui et qu'il a la grande chance de savoir le faire en plusieurs langues ;
  5. laissez-le rédiger dans la langue de l'école, en utilisant tout ce que vous aurez pu partager ensemble - faites confiance à votre enfant.
Donc, non, il n'est pas nécessaire d'aider votre enfant à faire ses devoirs dans la langue de l'école, mais par contre, la réponse doit être dans cette langue.

Un autre point, les mathématiques. Aussi étrange que cela puisse paraître, les mathématiques sont enseignées et présentées différemment dans les différents pays du monde. Même si les résultats ton identique à la fin, le raisonnement sera différent. La manière de poser les additions, soustractions, multiplications, divisions et autres, ainsi que d'écrire les retenues, sera différente. N'imposez pas votre méthode, celle que vous avez apprise à l'école. Acceptez que ce soit fait différemment et n'oubliez pas que votre enfant, même adulte, continuera à utiliser la méthode de l'école dans laquelle il a appris.  Quant au raisonnement des problèmes, il est aussi différent. Cela tient en partie à la culture. C'est là que la discussion avec votre enfant est importante pour que vous puissiez échanger et vous comprendre, mais surtout partager dans l'autre langue.

Et vous ? Quelle langue utilisez-vous ? Comment faites-vous ? 
Des problèmes, n'hésitez pas à me contacter

____________________



The school year started a while ago and some of us are already on holidays. I am sur that for many of us, you have been wondering in which language you were going to help your children with their homework. Yes, in which language? The language used at school is not the one you master best and you do not feel able to help your children using it. Moreover you do not know all the vocabulary in that language and you would feel completely lost, and yet, you know you can help them. 
Here are some tips which could help you - of course, you must not do the homework for them. Homework is meant to see whether you children understood what has been said and done in class. They are important. It is also an opportunity for you to spend time with your child, talking in your own language. It is a time of the day where there can be a lot of exchanges. 

  1. read what has to be done - and if necessary, translate into your language, only to see whether you understood. The idea is not to translate, but to se whether you understand the question ;
  2. talk about the question, with your child - this talk can be done in any language. It is an opportunity to do it in your language, so your child will acquire vocabulary on the matter in question in your language - this will enrich his/her knowledge and vocabulary in the other language ;
  3. you can spend time looking for words in the two languages ; 
  4. be positive and encourage your child, keep reminding him/her that he/she is were he/she is thanks to the work which she/he has been doing and that he/she is lucky to speak several languages ;
  5. let him/ her write down the answers in the school language, using what you have been sharing together - have confidence in your child.
So, no! You do not have to help your child when it comes to homework in the school language, but the answer has to be in that language.

Another important point, mathematics. As strange as it may seem, mathematics are taught and presented differently in the various countries around the world. Even if the results are the same at the end, the logic and reasoning are very different. The manner to write down additions, subtractions, multiplications, divisions and so on, as well as withholding is different. Do not try to impose your method, the one you learnt at school. Accept that it is going to be different, and the result will be the same. And do not forget that your child, even when he/she is an adult, will keep using the method learnt at school. As for the logic and reasoning, it is also different. It is linked to the culture. It is an opportunity for you to discuss with your child to try and understand, but also and mainly to exchange in the other language. 

And you? Which language are you using? How are you doing?
Any problem, feel free to contact me


____________________

Het schooljaar is in volle gang en sommige zijn al op vakantie. Ik ben zeker dat velen de vraag gesteeld hebben: welke taal om de kinderen met hun huiswerk to helpen? Ja, welke taal te gebruiken? De taal van de school is de taal dat u gebruiken wilt, want u vind dat u niet zo goed spreekt. U weet ook niet de woordenschat, soms ben u totaal verloren en toch weet u hoe hun te helpen.

Hier zijn enkele tipjes om u u kinderen te helpen. Natuurlijk doet u de huiswerk op hun plaats. Huiswerk is hier om te zien of u kind heeft begrepen wat in de klas gezegd en gedaan was. Het is belangrijk. Het is ook een kans om tijd met u kind door te brengen door u taal te spreken. Het is een tijd in de dag waar jullie kunnen wisselen.

  1. lees wat zij moeten doen - eventueel kunt u vertalen in u eigen taal, alleen voor u te zien dat je begrepen heb. Het idee is niet te vertalen, maar om de vraag te begrijpen;
  2. bespreken het onderwerp, de vraag met uw kind - deze discussie kan in elke taal zijn. Als u uw eigen taal gebruik, zal het helpen uw kind de woordenschat in uw taal te verwerven, en daarom zijn kennissen en woorden to verrijken;
  3. u kunt een beetje tijd brengen om de noodzakelijke woordenschat in beide talen te zoeken
  4. blijf positief en aanmoedigen met u kind - u moet zeggen dat het is dank zij zijn werk dat hij doet wat hij doet en dat hij heeft een grote kans om verschillende talen te spreken;
  5. laat hem het antwoord in de taal van de school schrijven - hij kan alles dat je samen delen gebruiken - u moet uw kind vertrouwen.
Dus is het niet belangrijk uw kind in de schooltaal te helpen, maar het antwoord moet in deze taal zijn. 

Een andere punt: wiskunde. Het is misschien vreemd, maar wiskunde zijn onderwezen en gepresenteerd in verschillende manieren in de verschillende landen van de wereld. De resultaten zijn identiek, mais de redenering zou anders zijn. De manier voor de toevoegingen, weglatingen, vermenigvuldigen, divisies, en anderen te schrijven zal anders zijn. Leg niet op uw methode. U moet accepteren dat het anders zal zijn. Vergeet ook niet dat uw kind, zelfs volwassenen, zal blijven gebruiken de methode dat hij op school leerde. Wat betreft de redenering van de problemen is het ook anders. Het ijs gedeeltelijk aan de cultuur van het land. De discussie met u kind is belangrijker. 

Met jou? Welke taal gebruikt u? Hoe gaat het?
Problemen?? Aarzel niet om contact met mij te maken

vendredi 5 octobre 2018

Le bilinguisme, c'est en équipe / Bilingualism, it is as a team that it works / Tweetalig zijn, ja, maar in ploeg


Comme pour réussir dans un sport, au travail, et dans plein d'autres endroits et activités, il faut être en équipe. C'est avec le soutien des uns et des autres que l'on réussit, que l'équipe gagne, que l'entreprise avance... Eh bien, pour le bilinguisme, c'est exactement pareil !! Vous ne réussirez le bilinguisme de vos enfants que et uniquement si vous travaillez en équipe. Je m'explique. Nous souhaitons tous que nos enfants parlent plusieurs langues et qu'ils puissent s'exprimer couramment, aisément et avec plaisir dans celles-ci. Comment faire alors ? 
Il faut considérer la famille, dans son sens large, comme une équipe qui a parfois et même souvent des équipiers en dehors de celle-ci. Dans une équipe, chacun à son rôle et l'accepte. Cela permet d'avancer. Comment distribuer ces rôles ? Les parents sont les chefs d'équipe. Ce sont eux qui décident où ils souhaitent emmener leur barque (la famille), dans quelle direction ils souhaitent la diriger. Cette direction, c'est le monde des bilingues. Restons dans l'imagé, pour entrer dans ce monde, il faut réussir des épreuves. Quelles pourraient-elles être ? Quelles pourraient être les épreuves des langues ? La maîtrise de la grammaire, l'apprentissage du vocabulaire, la compréhension écrite, la compréhension orale, l'expression écrite et l'expression orale. C'est à dire, les 4 compétences intimement liées à toutes les langues : parler, comprendre, lire et écrire. C'est en équipe qu'il faut affronter ces épreuves pour pouvoir réussir. Un enfant ne parlera pas une langue tant qu'il n'en verra pas l'utilité. Certaines disent que les enfants apprennent les langues parce qu'ils souhaitent communiquer, je dis qu'ils les apprennent que s'ils trouvent cela utile. Je fais souvent la comparaison avec la marche. Un bébé ne commencera à marcher que quand il en verra l'utilité pour se déplacer et atteindre quelque chose. Vous aurez beau proposer les meilleurs cours, acheter les meilleurs livres, trouver les meilleurs enseignants de langues, tant que votre enfant n'en verra pas l'utilité, vous perdez votre temps. Et pour que cela fonctionne, il faut travailler en équipe, l'équipe familiale.

Dans une équipe, chacun a un rôle spécifique. Les deux chefs d'équipe que sont les parents en discutent ensemble et ensuite partagent ces rôles pour que la barque avance et surmonte les épreuves. Prenons la lecture, par exemple, il faut que les deux parents lisent et aident leurs enfants à lire. (j'aurais prochainement un article sur la lecture dans une autre langue que la langue maternelle). Le chef d'équipe donne les outils et montre l'exemple. Il doit savoir faire ce qu'il demande à son équipe. Pour que l'enfant puisse lire, il faut qu'il apprenne à déchiffrer les lettres (les outils), ce qu'il va faire avec soit un parent, soit un autre équipier, l'enseignant du primaire. Les parents vont lui lire des livres et ensuite, l'enfant pourra lire et avancer seul dans cette aventure de la lecture. Il en est de même pour l'écriture. Quant à l'expression orale, elle se fait naturellement certes, mais un enfant qui a des parents qui lui parle beaucoup sera meilleur à l'expression orale. Le tout est transférable sur le bilinguisme. Les compétences acquises dans une langue sont transférables dans une autre. Ici, les chefs d'équipe ont encore un rôle à jouer. Ils doivent continuer à fournir les outils et à montrer l'exemple sur la manière d'utiliser ces outils. Il faut qu'ils trouvent des occasions d'utiliser (remarquez ici l'idée d'utilité dont nous parlions plus haut) la ou les langue(s). L'enfant ne trouvera pas seul, ces occasions pour utiliser la langue, c'est à ses parents de les lui fournir, et il faut que ce soit amusant. C'est donc vraiment un travail d'équipe. Pour que l'enfant réussisse, il faut que les parents y mettent du travail, lui donnent les outils, lui montrent l'exemple, lui fournissent des occasions. Souhaiter le bilinguisme de ses enfants est un premier pas. Y travailler ensemble est le second pas, c'est cet "ensemble" qui compte le plus, c'est cet ensemble qui forme l'équipe dont je parle. Tout comme vous avez aidé vos enfants à apprendre à marcher en gardant l'équilibre, aidez vos enfants à parler les langues qu'ils parlent sans perdre le plaisir.


_____________________________________


If you want to be successful in a sport, at work or many other places and activities, you have to work as a team. It is with the support of each member of the team that you can be successful, that the team can win, that the company can grow... For bilingualism, it is exactly the same!! You will only be successful in having bilingual children if you work it as a team. Let me explain. We all wish our children to be able to speak more than one language and that they can express themselves fluently and easily, and with pleasure in all those language. So how can you do? 
You have to consider the family, also the extended family, as a team and sometimes you may have to get new members into the team. In this team, everybody has a role and accepts it. This would allow you to make progress. How can you share those roles? The parents are the heads of the team. They are the decision-makers who decide where they wish to take their ship (the family), in which direction. For us, this is the world of the bilingual people. Let's keep with images, to enter that world, you need to pass some tests and challenges. What would they be? What would be the challenges for languages? Mastering the grammar, learning words, written and oral understanding, written and oral expression. In other words, the four competencies which are important in every language: speaking, understanding, reading and writing. It is only as a team that you can challenge those tests and be successful. A child will not speak a language as long as he/she does not see it is useful. Some people say they would learn a language for communication, I say they learn it if they see it can be useful for them. I often compared with the walk. A toddler will only start to walk if he or she will see that it is useful to reach something. You may buy the best courses, the best books, have the best language teachers, as long as you child will not see the usefulness of the language he/she learns, you are loosing you time. For that to work, you need work as a team, the family team. 

In a team, each person has a specific role. The two leaders are the parents who discuss to together then share the roles within their ship, so that it can go on and overcome the hardships. Let's take reading for example, you need have both parents reading and helping their children to read (I'll soon have an article on reading in another language than the mother tongue). The leader will give the tools and show the example. He/she must be able to do what he/she is asking the child(res) to do. For a child, to learn to read, the tools are the letters. It will be either a parent of the primary school teacher, a teammate, who is going to give those to the child(ren). Then the parents are going to read books ans then the child will be able to read and live alone this reading adventure. It is the same for the writing. As for the oral expression, it will happen naturally obviously. However a child whose parents are talking a lot to him will be better at expressing him/her-self. Everything can be transferred to languages and thus bilingualism. The competencies you acquire in one language can be transferred on another language. The leader of the team still have a main role to play. They have to continue giving the tools and showing the examples on how to use those tools. You have to find occasions for using (note here the reference to the utility that I mentioned above) the language(s). The children are not going to find occasions to use those languages on their own, their parents have to find them - and they have to be fun. So it is really a team-work. For the children to succeed, the parents have to work, have to give them the tools, have to show them the examples, have to give them opportunities. Wishing our children to be bilingual is a first step among many. Working on it together is the second step. It is the "together" which is the most important, because it is together that you create the team I am talking about. As you helped your children to learn to walk without loosing their balance, you have to help you children speak more than one language without loosing pleasure. 







mercredi 3 octobre 2018

Multilinguals' Verbalisation and Perception of Emotions by Pia Resnik




Je viens de terminer ce livre de Pia Resnik, "Multilinguals' Verbalisation and Perception of Emotions" publié en juin 2018.
C'est un livre absolument passionnant, mais qui ne sera pas d'une lecture aisée pour le non-initié au langage scientifique. Pia Resnik nous présente dans ce recueil les recherches qu'elle faite quant à l'expression par les mots des émotions, mais aussi la compréhension verbale des émotions chez les personnes bilingues. En effet, certaines langues ont plus de mots pour exprimer les émotions que les autres et c'est en lien avec les cultures dans lesquelles ces langues sont utilisées. "Communicating feelings in a language other than one's first language is demanding"  (Parler se ses sentiments dans une langue autre que sa langue première est exigeant) dans le sens où il faut extrêmement bien maîtriser l'autre langue pour pouvoir le faire sans être mal compris. La langue fait partie de la société, c'est un élément sociétal et ils ne peuvent être dissociés.
Pia Resnik nous présente toute sa recherche quantitative et qualitative dans ce livre. De nombreuses émotions sont ainsi présenter comme l'amour ou la colère. On découvre ainsi que la colère n'est ni montré, ni exprimé clairement en japonais, alors qu'elle peut l'être en anglais. Le mot "love" en anglais est utilisé beaucoup plus que le mot "aimer" en français ou "lieben" en allemand et il n'a donc pas le même impact sur les gens. On utilise "love" en anglais bien plus vite et plus facilement. La culture dans laquelle les personnes bilingues ont été élevées a un impact sur la manière dont on exprime l'amour, la colère dans une autre langue - ce n'est pas juste la langue et la connaissance de celle-ci qui influence l'expression de sentiments dans une langue autre que celle dans laquelle on a été éduquée. L'environnement influe également.
Les choses sont quelque peu différentes pour les personnes qui grandissent avec plusieurs langues dès la naissance, car même si elles ne grandissent que dans un seul pays, elles ont été en contact avec l'autre culture, celle de l'autre langue.
Ce livre m'a beaucoup appris. J'y ai découvert le monde des émotions parmi les bilingues et je recommanderais sa lecture à toute personne intéressée.


_____________________________________

I just finished reading the book "Multilinguals' Verbalisation and Perception of Emotions" by Pia Resnik, which was published in June 2018.
It was absolutely fascinating, but would not be of an easy read for those who are not used to scientific language. Pia Resnik presents here the research she conducted on how emotions are expressed, and also understood by bilingual people. In fact some languages have more words to express emotions than others, and this is linked to the cultures in which they are used. She writes "Communicating feelings in a language other than ones first language is demanding" and in fact it is. You have to be able to master this other language extremely well in order not to be misunderstood. Languages are part os societies, they are a societal element and language and society cannot go apart.
We red about her quantitative and qualitative research in this book and this is fascinating. Pis Resnik talks about various emotions, feelings, such as love and anger for exemple. We discover that in Japan and thus in japanese, anger is not shown, not is it expressed, when it would in English. The word "love" is often used in English, much much more than the word "aimer" in French or "lieben" in German, and it has thus a different impact on people. This word is much more and much easier used than the other in the other languages. The culture in which we have been brought up would have an impact on the manner we express love or anger in another language - knowing the language is not the only thing which is going to influence the way we are going to express our emotions. The surroundings has its influence too.
It is slightly different for people who are growing with two languages from birth as, even if they grow in one country, they are also in contact with the other culture from the other language.
I learnt a lot in this book. I discover the world of emotions among bilingual people and I would recommend to read it.


jeudi 27 septembre 2018

Au milieu du dédale des blogs et sites / Lost in the maze of blogs and websites / Verwaald in het doolhof van blogs en westen.



J'ai déjà écrit à ce sujet (vous retrouverez l'article ici), mais je pense qu'en ce début d'année quand tout le monde est encode rentrée, il est important de faire quelques rappels.
Il y a tellement de sites internet et de blogs qui parlent du même sujet que moi qu'il est parfois bien difficile de faire la part des choses.

Comment savoir sur quel type de sites ou blogs vous vous trouver ?
Il existe de nombreuses personnes qui partagent leurs expériences et franchement, je trouve cela très intéressant. Il y a aussi de nombreuses personnes qui vendent leurs expériences sans être formées et c'est là je pense qu'il faut faire extrêmement attention.
Mes promenades sur la Toile m'ont fait découvrir de superbes sites, extrêmement bien présentés, qui font très professionnels et qui en fait sont vides de contenus. L'aspect du site ou du blog est certes important, mais son contenu l'est encore plus.

Alors comment les reconnaître ? Comment faire la différence entre les vrais experts et ceux et celles qui vendent leurs expérience ?
La solution se trouve souvent dans : qui est derrière le site ou le blog ? L'auteur ? C'est une des premières choses à chercher et à lire. Et puis, n'hésitez pas non plus à aller sur leur profil LinkedIn. Vous y trouverez des tonnes d'informations sur qui est vraiment l'auteur du blog. Regardez le parcours professionnel de l'auteur du blog ou site et cela vous en dira long sur qui elle est  et ce qu'elle sait. Un ou une expert/e en langues et en bilinguisme aura étudié plus que la linguistique. Cette personne aura étudié l'acquisition des langues, le bilinguisme, la transmission des langues... Avoir été enseignant de langues étrangères est une chose, mais avoir approfondi ses connaissances en est une autre.
De mon côté par exemple, je me suis spécialisée dans le domaine du bi- et plurilinguisme. J'ai l'expérience sur le terrain et des connaissances plus théoriques que j'ai appris à partager en langage simple. Si vous voulez en savoir plus sur moi, regardez sur cette page.
Une personne expatriée ou bilingue n'est pas nécessairement la personne qui pourra vous aider de manière complète et adéquate en fonction de votre situation personnelle. Ces personnes expatriées ou bilingues partageront leurs expériences, mais de là à la vendre, il y a un monde.

Attention également à toutes ces personnes qui se disent coach en langues. Un tel métier n'existe pas. Le coaching a pour but d'aider physiquement dans le sport ou psychologiquement dans les accompagnement à la personne. En langues, vous trouverez des consultants. C'est à dire des personnes qui donneront un avis en fonction de votre situation et n'essayeront pas de vous transformer.

Il est aussi important de regarder à la date. Je pense qu'une personne honnête n'aura aucun problème à dater ce qu'elle écrit, car elle l'écrit à un moment donné. Et comme moi ici, réécrire est une bonne chose car le monde évolue. Il n'y a aucun problème à republier des articles, à les améliorer. Je pense qu'un article qui présente date et signature est également gage d'honnêteté.