mercredi 23 mai 2018

Accent Vs Prononciation / Accent vs Pronunciation / Accent vs uitspraak



Très souvent, quand nous pensons ne pas parler correctement une langue, nous disons : "J'ai pas l'accent", je n'y arrive pas parce que je n'ai pas l'accent. L'accent a bon dos. Mais vous êtes-vous déjà vraiment demandé ce qu'est un accent ? C'est l'intensité de la voix sur une syllabe, c'est l'ensemble des inflexions de la voix. C'est ainsi que pour les Francophones, on reconnaît l'accent parisien, l'accent québécois, l'accent suisse, l'accent belge... etc quand on parle français. Ce sont toutes les variations qui existent sur une même langue. Sur des mots qui sont prononcés de la même manière. Il en est de même pour les Anglophones, on parle d'accent anglais, d'accent écossais, d'accent américain, d'accent australien... etc. Ou encore pour les Germanophones, avec l'accent allemand et l'accent autrichien. En écoutant une personne, à son accent, vous pouvez deviner de quel endroit du monde elle vient.
Miguel Zamacoïs disait : "Emporter avec soi son accent familier, C'est emporter un peu sa terre à ses souliers ; avoir l'accent, enfin, c'est chaque fois qu'on cause, parler de son pays en parlant d'autre chose." L'accent va vous trahir, va trahir le pays, d'où vous venez. Ainsi on peut parler anglais avec un accent francophone. Combien de fois, on peut me dire que mon accent est charmant !! Mon accent ne m'empêche absolument pas de me faire comprendre dans les langues étrangères que j'utilise au quotidien. En étant parfaitement plurilingue, et en connaissant parfaitement plusieurs langues, il y a des personnes qui ont pour moi des accents difficiles à comprendre, simplement parce qu'ils ne correspondent pas à une variante que je connais ou reconnais. 
Le problème que beaucoup d'entre nous a n'est donc pas un problème d'accent, mais un problème de prononciation et de musique de la langue. L'accent est une manière de prononcer une langue, une manière de la chanter. Donc si vous n'arrivez pas à prononcer correctement, vous ne pourrez pas vous faire comprendre. Quand vous dites, je n'ai pas l'accent, en fait, il faudrait dire : j'ai des problèmes de prononciation. Il faut d'abord apprendre à prononcer, avant de pouvoir penser à l'accent. La prononciation est l'acte de "dire". Il faut apprendre à dire avant d'avoir un accent. 
Il n'y a pas de bon ou mauvais accent, il y a juste de bonnes ou mauvaises prononciations. Tant que nous ne serons pas capable de prononcer les mots correctement, nous aurons du mal à nous faire comprendre. 
Prenez par exemple l'acteur britannique qui doit jouer un Australien dans un film. Que va-t-il faire ? Sa prononciation des mots sera juste, puisque c'est sa langue maternelle. Il va donc apprendre à prendre l'accent, pour qu'en l'écoutant les spectateurs comprennent qu'il joue un Australien. 
La prononciation, c'est un peu comme la musique. Vous jouez une fausse note et le morceau est faussé. Vous prononcez mal une lettre ou une syllabe et le mot n'a plus le même sens. Si vous ajoutez un rythme à la musique, elle deviendra allegro par exemple. En ajoutant un rythme aux mots prononcés, un ton de voix, vous donnerez alors un accent à la langue. 
La prononciation peut être corrigée très facilement et je vous propose de le faire, nous y travaillons dans mes cours de langue Studio Langues - profitez de l'été pour améliorer votre prononciation et donner un accent aux langues que vous parlez. 
Vous ne direz plus que vous n'avez pas l'accent



Very often, when we think that we do not speak a language properly, we say : "I do not have the right accent" - i cannot manage because I do not have the accent. It's a great excuse. However, did you really wonder what an accent is? The accent has to do with the voice, its intensity on syllables, its inflexions. So if you are an English-speaker, you would recognise the English accent, the Scottish accent, the American accent, the Australian accent, etc... It is the same for the French speakers, you have the Parisian accent, the Quebecois accent, the Swiss accent, the Belgian accent... Or even for the German speakers, they wold make the difference between the accent from Germany or the accent from Austria. In listening to someone, to his or her accent, you can guess where this person is coming from.
Margot Robbie is said to have said: "I'd love them to have adorable little American accents, but I do want to bring my kids up in Australia; it's such a good lifestyle." The accent is going to betray you, to give away the place you are coming from. So if you can speak French with an English accent. Very often, I have been told that my accent is charming!! My accent does not stop me from communicating or being understood or using the languages that I know. Being plurilingual, and knowing several languages, I still find some people difficult to understand, mostly because they have an accent which I do not know or recognise. 
The problem that many of us have has nothing to do with the accent, it is a problem linked to the pronunciation and the musique of the language. The accent is manner to pronounce the language, a manner to sing it. If you are not able to pronounce it properly, you will not be able to make yourself understood. When you are saying that you do not have the accent, maybe you should say that you have problems with the pronunciation. You need first to learn to pronounce, then you can think about the accent. The pronunciation is the action of "saying". You have to learn to say before you can have an accent. 
There is no such thing as a good or a bad accent, there are mainly proper or wrong pronunciation. As long as we are not able to pronounce words properly, we will have difficulties in making ourselves understood. 
Here's another example, if you have a British actor and he is going to act an Australian guy. What is he going to do? He is not going to learn to pronounce the words, they are his mother tongue!! He is going to learn to have the Australian accent so that his character will be more realistic for the audience. 
Pronunciation is like music. If you play a wrong note, the piece of music will not sound right. If you mis-pronounce a letter or a syllabe, the word will not sound what it should sound and mean. If you add rhythm to the music, it can become an allegro. If you add rhythm to the words, if you an tone in your voice, then you get an accent for the language. 
Pronunciation can be correcte very easily and I do it during my languages classes with Studio Langues - take advantage of the summer to improve your pronunciation and give an accent to the languages you can speak. 
Then you should stop saying that you do not have the accent... 


Heel vaak wanneer we denken dat we een taak niet correct spreken, zeggen we; "ik ben het accent niet." Ik kan het niet omdat ik heb het accent niet. Maar heb je ooit afgevraagd wat is een accent? Het is de intensiteit van de stem op een lettergreep; het is de verbuigingen van de stem. De Frans-sprekende mensen herkennen het Parijse accent, het Quebecois accent, her Zwitsers accent, her Belgisch accent... wanneer ze spreken in het Frans. Ze zijn variaties op dezelfde taal, op woorden die in dezelfde wijze worden uitgesproken. Hetzelfde met voor Engelstaligen; we praten over een Engels accent, een Schotse accent, een Amerikaans accent, een Australische accent... enz. Ook voor Duitstaligen met het accent uit Duitsland of uit Oostenrijk. Wanneer we naar een persoon luisteren, naar zijn accent, kun je raden waaruit dit persoon kwam. 
Het accent zal je verraden; het zal verraden jour land, waaruit je komt. we kunnen Engels met een Frans accent spreken. Vaak ben ik vertellen dat mijn accent charmant is!! Mensen hebben absoluut geen probleem om me te begrijpen wanneer ik een vreemde taal gebruik. Ik ben meertalig, en ik weet verschillende talen, maar er zijn nog mensen die ik moeilijk te begrijpen vind, want ze hebben een accent dat ik niet herken. Ze spreken een taal dat ik geleerd heb, maar ze hebben een accent dat ik niet herken. 
Het probleem dat velen van ons heeft is niet een probleem met het accent, maar een probleem met de uitspraak et de muziek van de taal. Het accent is een manier om een taal uit te spreken, een manier om de taal te zingen. Als u niet correct uitspreken, zal u uzelf niet verstaanbaar kunnen maken. als je zegt dat je het accent niet heb, zou je zeggen: ik heb problemen met de uitspraak. Je moet eerst goed de uitspraak leren, voordat je een accent hebben kan. 
Er is geen goed of slecht accent, er zijn alleen goede of slechte uitspraken. Zolang je niet de woorden correct uitspreken, zal je moeite om jezelf verstaanbaar te maken. 
Neem bijvoorbeeld een Britse acteur die heeft een Australische in een film om te spelen. Wat zal hij doen? Zijn uitspraak is richtig omdat het is zijn moedertaal. Hij moet dus concentreren om het accent te leren om zoals een Australische te spreken.
De uitspraak is een beetje als muziek. Je speelt een verkeerde noot en het stuk is slecht. Je spreek slecht een letter of een lettergreep en het woord heeft een andere betekenis. Als je ritme aan de muziek toevoegt, zal het een allegro zijn. Door het toevoeging van een ritme aan gesproken woorden, een intonatie, geef je een accent aan de taal.
De uitspraak kan heel gemakkelijk gecorrigeerd worden. Ik kan dat doen gedurende mijn taalcursussen met Studio Langues - genieten van de zomer om je uitspraak te verbeteren en een accent te geven aan de talen je spreekt.
Je zal niet meer zeggen dat je het accent niet heb.

jeudi 3 mai 2018

Bilingual Childcare - Hitches, Hurdles and Hopes

Bilingual Childcare - Hitches, Hurdles and Hopes 
by Victoria Benz





I just finished the book "Bilingual Childcare – Hitches, Hurdles and Hopes" by Victoria Benz. I must say that I really enjoyed it. It is a fascinating in-depth study, an ethnographic study, of an early childhood dual language programme in Australia. The book is full of information, complemented with people's points of view when the author quotes the parents she met and interviewed. Victoria Benz has been investigating a German-English childcare centre in Sydney, Australia. She tells us about what she discovered and surprised her most. After exploring at the manner, it was established and implemented, she examines what is happening. She first looked at how the carers or teachers as they are often called are managing the two languages, German and English in the everyday routine of the children. Which language is more predominant and why? She spent time looking at the attitudes of the educators as well as their ideologies and practices, asking them why they were acting in such a manner. She discovered a number of facts which are quite surprising and explain why there is such an asymmetry between these two languages. She then queried their training and backgrounds as bilingual carers or teachers and discovered there are a number of discrepancies in the Australian system.
            She also took time to survey the parents who sent their children to the centre she chose to call Fritzkids. Why did they choose that centre? Is it because of the languages or for any other reasons? She also looked at their attitudes, ideologies and practices outside the day care. Their answers are sometime quite surprising and I myself, as a bilingual language advisor, was quite surprised. The background of the parents is also reviewed as well as what they intend to do with the German their children had acquired. What is the value that parents are giving to the bilingual education and to the languages in this case. There is a kind of complex relationship between the childcare provider and the clientele which helps to understand what is really. The external constraints seem to be against the success of bilingual education and would have an influence on the language policy at family, institutional and state levels.
Victoria Benz concludes with a look at the future of bilingual education for young children. The attitude of the parents, the training of the teachers, the country language policy, the family language policy, all of these elements will influence the development of any bilingual childcare.
Although Victoria Benz has been studying on specific childcare in Australia, I feel that her findings could be applied to many other bilingual childcares and that anybody wishing to run such a childcare should be reading this book and see how they can improve what they are doing, what they are offering, how they are offering it. It gives light on language ideology vs the practicalities of life. This book would also be of great interest to teachers who are training and looking at bilingual education. It is well researched and gives a new perspective on bilingual education in monolingual society. 

Dr Isabelle BARTH - Jeux 2 Langues


Bilingual Childcare - Hitches, Hurdles and Hopes 
by Victoria Benz
Multilingual Matters, 2018
 
-->

jeudi 26 avril 2018

La langue maternelle


Photo by Ben White on Unsplash


Vous me direz, pourquoi consacrer un article à la langue maternelle ?? Tout le monde sait de quoi on parle. Eh bien, je n'en suis pas si sûre.
Ce terme a fait couler beaucoup d'encre tant en français, qu'en allemand (Muttersprache – Uhrsprache) ou en anglais.
Tout le monde pense qu'il s'agit de la langue de la mère, de la maman. Elle est souvent définie comme étant la langue que l'on a appris de sa mère, ou celle de la mère-patrie. On dit aussi que c'est la langue du pays dans lequel on est né.

Détrompez-vous. Ce n'est malheureusement pas aussi simple que cela. Si vous consultez les dictionnaires et les encyclopédies, vous aurez de nombreuses définitions plus ou moins claires et entretiennent des ambiguïtés certaines. On parle de la langue de la mère, de la langue de la mère-patrie, de la langue dans laquelle on a commencé à parler, de la langue dans laquelle on a reçu son éducation… C'est très flou.

Ce flou provient de l'utilisation du mot "maternel". Quand on pense maternel, on pense d'abord à la mère.
Au XIVe siècle, la locution "langue maternelle" désignait la langue commune, celle parlée par le plus grand nombre. On pourrait donc parler de "langue commune". Le choix de dire langue maternelle à cette époque avait été fait dans le but de valoriser la femme. Nicole d'Oresmes parlait de "langue maternelle et commune".
Au XVIe siècle, l'utilisation du terme "langue maternelle" se modifie à nouveau. La mère, femme nourricière, est alors considérée comme moindre, mais le terme 'langue maternelle' reste. Comme la femme est considérée comme ignorante et que l'homme ne l'est pas, le terme devient problématique. La langue ne peut plus être attachée à la mère. Tant en France que dans d'autres pays, la langue dite maternelle est alors considérée comme médiocre, il faut alors recodifier le terme.
Bossuet parlera de la langue du père, de l'autorité. L'image de la langue maternelle est dévalorisante, car la femme est toujours considérée comme inférieure socialement et linguistiquement.
C'est au XVIIIe siècle, avec Leibniz et Rousseau que la locution "langue maternelle" trouvera son 'nouveau' sens, dans lequel se trouve le père, l'affectivité à la langue et le nationalisme. On parlera aussi de "lingua della casa", la langue de la maison ou de "lingua del pane", la langue du père, et donc du pouvoir.
On parle de langue maternelle dans une maison paternelle.

Alors, qu'en est-il de la langue maternelle ? Quelle est-elle ?
Avec l'uniformisation de la langue et l'alphabétisation des populations, la langue maternelle (lingua della casa) est revalorisée. Elle est la langue de la maison, du domicile, du lieu de son acquisition. Les femmes jouent un rôle important dans la famille et l'éducation des enfants, la location "langue maternelle" se vulgarise pour devenir l'équivalent de langue nationale.


Quand Jules Ferry a nommé les écoles, des "écoles maternelles". Le terme maternel a alors pris un autre sens. Celui d'un espace social avec une 'atmosphère familiale'. Les femmes ont pu devenir institutrice. La langue maternelle est donc la langue dans laquelle on grandit et qui n'est pas nécessairement la langue de la mère. C'est la langue nationale dans laquelle on grandit. C'est ce sens qui est sous-entendu dans langue maternelle.

Ainsi un enfant né au Japon d'une mère française avec un père japonais, pourrait avoir le français comme langue maternelle à condition que sa mère l'utilise et qu'il puisse être éduqué dans cette langue.

J'espère ne pas vous avoir mélangé tous vos pinceaux. La discussion est ouverte, j'attends avec plaisir de pouvoir échanger avec vous.

Lire aussi : https://www.jeux2langues.com/2018/04/26/la-langue-maternelle/ 

Références : 
Pierre Boutan, Langue(s) maternelle(s) : de la mère ou de la patrie ?
Jean-Didier Urbain, La langue maternelle, part maudite de la linguistique ?


Translation in English soon
Vertaling in het Nederlands - weldra!

jeudi 19 avril 2018

Plurilinguisme vs multilinguisme / Plurilingualism vs multilingualism / Veeltalig vs meertalig (suite...)



Lisez la suite de mon premier article sur mon blog Jeux 2 Langues : je vous en dis plus sur la différence entre les deux, allez-le lire.


Read the follow-up on of my first article on my blog Jeux 2 Langues - you will discover more- why not reading it.


Op mijn blog on Jeux 2 Langues zegt ik meer over het verchil. U moet het lezen hier.